Canada : Granby s'implique pour la faune du Cameroun

Programmes d'élevage, conservation ex situ, conservation in situ...

Canada : Granby s'implique pour la faune du Cameroun

Messagepar Philippe » Mercredi 18 Avril 2018 23:04

Le zoo de Granby lance un projet de conservation en Afrique

Le zoo déploie le plus ambitieux projet de conservation animale de son histoire et se transporte, pour le faire, en sol africain. C’est plus précisément au Cameroun que sera lancée une vaste initiative visant la sauvegarde d’une aire protégée ainsi que ses espèces menacées d’extinction, notamment des éléphants et des gorilles.


Si le zoo a les yeux rivés sur l’Afrique, ce n’est pas dans le but d’ajouter de nouveaux pensionnaires à sa collection. « C’est un geste que l’on pose de plus en plus, c’est-à-dire d’aller au-delà des murs de notre site et d’aller faire de la conservation dans le milieu naturel », explique le directeur général de l’organisation, Paul Gosselin. Le projet, sur lequel planche l’organisme depuis trois ans, a officiellement été présenté aux médias, mercredi 18 avril 2018 en matinée.

Possédant des éléphants et des gorilles au sein de ses installations, le jardin zoologique s’est naturellement tourné vers le continent africain. « Le Cameroun a été choisi parce que c’est un pays qui est très stable politiquement et qui est très intéressant au niveau de la préservation de la nature, de la faune. Il y a des gens qui sont très dynamiques là-bas pour ce genre de projet-là », ajoute le directeur de la conservation et de la recherche pour le zoo, Patrick Paré.

Ce dernier a d’ailleurs séjourné sur place afin de travailler à l’élaboration de l’initiative, qui prendra racine au parc national de Campo-Ma’an. L’aire protégée possède une superficie totale de 264 000 hectares, soit cinq fois celle de l’île de Montréal. On y retrouve environ 700 gorilles, 700 chimpanzés et 350 éléphants ; c’est sans parler des 300 espèces d’oiseaux et 122 espèces de reptiles qui y sont aussi répertoriées. C’est le milieu avec lequel travaille l’attrait touristique de Granby qui a cerné les besoins et proposé des pistes de solution.

Une employée de l’équipe du zoo qui œuvre avec les animaux visés par le projet, Valérie Michel, sera d’ailleurs dépêchée sur place du 5 mai au 31 août pour participer concrètement aux activités. « Tout au long de son voyage, elle va nous alimenter », prévoit M. Paré, précisant que des informations seront relayées sur les réseaux sociaux par le zoo afin que les Québécois soient témoins des avancées.

Cinq objectifs

L’important projet est composé de cinq volets distincts. D’abord, le zoo veut contribuer à ce que les écogardes qui veillent à la protection des animaux du parc, par exemple des primates capturés pour la revente ou des éléphants tués pour leur ivoire, soient mieux outillés pour faire face au braconnage. De l’équipement comme des véhicules, des abris, des GPS et des trousses de survie leur sera remis afin qu’ils puissent vivre dans la brousse et plus facilement s’y déplacer.

Le suivi des gorilles est aussi dans la mire, puisqu’un laboratoire sera mis sur pied pour tester les zoonoses, c’est-à-dire les maladies infectieuses transmissibles aux êtres humains. Le travail des pisteurs sera également amélioré par de la formation et du soutien technique.

L’équipe du zoo et ses partenaires locaux se pencheront aussi sur le déplacement des éléphants à l’intérieur du parc; en ce sens, divers moyens seront mis en place pour les éloigner des communautés et ainsi éviter les conflits avec les humains. Notons que les imposants pachydermes causent notamment des dommages aux cultures et aux plantations fruitières sur leur passage.

Un aspect éducatif fait également partie du projet, puisqu’un sentier de sept kilomètres sera aménagé sur le site et agrémenté de panneaux d’interprétation. Un site Web sera aussi, entre autres, financé par le zoo; il comprendra notamment des capsules de la Radio Nkuli Makeli portant sur la faune et la flore de Campo-Ma’an.

Enfin, différentes initiatives locales seront soutenues afin que soit mis en valeur le travail d’artisans, d’apiculteurs et d’exploitants de produits forestiers non ligneux. La construction d’échoppes pour les touristes et d’un écolodge est prévue. En contribuant à ces projets, le Zoo espère réduire l’exploitation illégale des ressources des aires protégées par les résidents afin de satisfaire leurs besoins primaires.

En quête de 200 000 $


Toutes ces actions ont toutefois un prix. Pour les financer, le zoo de Granby lance une grande collecte de fonds et souhaite amasser 200 000 $ d’ici 2019. « On considère que c’est un projet qui va être vraiment mobilisateur et qui va mobiliser toutes les personnes qui sont présentement sensibilisées au Zoo de Granby, mais aussi les gens qui ne connaissent pas ou peu ce que le zoo fait à l’extérieur de son enceinte », estime le directeur de la Fondation et du Développement des affaires, Benoit Chabot.

Bonne nouvelle : déjà 25.000 $ ont été amassés par différents moyens, par exemple via des dons volontaires recueillis lors des achats de billets ou à la caisse de la boutique l’été dernier. Les personnes souhaitant contribuer à cette grande campagne ou simplement obtenir les détails peuvent le faire en visitant le www.zoodegranby.com/fr/cameroun.

La Fondation pour l’environnement et le Développement au Cameroun, le service de conservation du parc Campo-Ma’an, le Fonds mondial pour la nature ainsi que l’université Concordia prennent aussi part au projet de conservation animale.

Image
De gauche à droite : le directeur de la Fondation et du Développement des affaires du zoo de Granby, Benoit Chabot, le directeur général Paul Gosselin, le professeur au Département de biologie de l'université Concordia, Robert Weladji, l'employée du jardin zoologique qui sera dépêchée sur Cameroun, Valérie Michel et le directeur de la conservation et de la recherche pour le zoo, Patrick Paré.
Source : Granby Express.
Philippe
 
Messages: 9453
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Retourner vers Conservation

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Tigre en mouvement