La Ville de Saint-Quentin songe à un parc zoologique...

La Ville de Saint-Quentin songe à un parc zoologique...

Messagepar Philippe » Samedi 04 Avril 2015 6:03

«Nous disposons d’une magnifique zone qui est sous-exploitée. La question est de savoir comment rendre cet espace attractif.» Matthieu Gressier, directeur général des services de Saint-Quentin (Aisne), plante le décor. Forte du constat que le parc d’Isle Jacques-Braconnier voit sa fréquentation exploser depuis quelques années – «on a fait des pointes à plus de 50.000 visiteurs certains week-ends» – la Ville entend utiliser à plein cette popularité croissante pour en faire la vitrine de Saint-Quentin. Et compte mettre les gros moyens pour atteindre son but.

[...]

La fermette laisse la place au parc animalier

C’est LE projet phare de développement du parc d’Isle. Plusieurs fois annoncé par Xavier Bertrand, un parc animalier de grande ampleur devrait remplacer la fermette existante. Si les lamas, poneys, ânes, chèvres, pigeons, chèvres, paons, poules, porcs, canards, wallaby devraient rester, ils ne seront plus seuls d’ici un an. «La surface dédiée aux animaux sera considérablement agrandie, et l’objectif est qu’il y ait des animaux au-delà des pigeons et des lapins», ajoute Matthieu Gressier.

Reste à savoir quelle ménagerie viendrait emménager dans ce zoo. Lorsqu’on évoque des girafes, des singes, des tigres, voire un alligator, le directeur général des services ne ferme pas la porte à ces hypothèses. «Ce n’est pas incongru d’avoir un espace «savane africaine» avec une girafe, un tigre ou un rhinocéros, affirme-t-il. Nous sommes en phase d’étude pour voir quels types d’animaux nous pouvons faire venir par des prêts d’autres zoos. Par exemple, la girafe, il faudra pouvoir la faire rentrer. Ou pour un alligator, il faut prévoir les protections avec des enclos. Donc on regarde toutes les espèces et les contraintes que ça implique.»

L’arrivée d’animaux exotiques sera aussi tributaire du budget alloué aux soigneurs, à la présence d’une clinique vétérinaire, à la construction d’emplacements…

[...]
Le développement de la capacité d’accueil en termes de parking s’accompagnerait d’un système de petit train pour amener les visiteurs directement au parc, afin d’éviter au maximum les stationnements anarchiques. «Pour l’instant, il n’assurerait que les transferts de visiteurs des parkings vers le parc. Après, peut-être, pourrait-on envisager qu’il se balade ailleurs, à travers un circuit touristique», imagine Matthieu Gressier.

Source : L'Aisne Nouvelle.
Philippe
 
Messages: 9621
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: La Ville de Saint-Quentin songe à un parc zoologique...

Messagepar didier » Samedi 04 Avril 2015 6:19

«Ce n’est pas incongru d’avoir un espace «savane africaine» avec une girafe, un tigre ou un rhinocéros, affirme-t-il.


Je vois que nous avons affaire à un grand spécialiste de la faune, avec des kangourous et des lamas, elle sera encore mieux cette "plaine africaine". :mrgreen:
En France , la liberté d'expression est un principe intangible, c'est sur cette base que toute personne peut librement émettre une opinion, positive ou négative, sur un sujet mais aussi sur une personne physique ou morale, une institution .
didier
 
Messages: 14334
Enregistré le: Samedi 13 Août 2005 10:28
Localisation: charenton-le-pont

Re: La Ville de Saint-Quentin songe à un parc zoologique...

Messagepar AdrieenCottrel » Mercredi 19 Septembre 2018 10:02

À partir de mai 2019, le parc animalier va accueillir seize nouvelles espèces. Un lieu qui va également s’enrichir d’un nouveau parcours d’accrobranche

Qu’elle semble loin la fermette du parc d’Isle, qui a ravi les jeunes Saint-Quentinois en culotte courte pendant des décennies. Depuis 2015, le parc Jacques-Braconnier évolue pour progressivement se transformer en véritable parc animalier, qui accueille un demi-million de visiteurs à l’année.

Au cours des douze prochains mois, des travaux d’aménagement, l’accueil d’autres espèces animales, et l’installation de nouvelles animations vont le transformer en vrai parc animalier. Tour d’horizon de ce qui vous attend.

1. La collection animale s’enrichit de seize races sauvages

Un an après avoir accueilli de nouveaux pensionnaires exotiques (chameau, perroquet, faisans…), la famille du parc animalier va encore s’agrandir. Seize nouveaux animaux vont progressivement intégrer la faune sauvage, au gré des cessions effectuées par d’autres parcs animaliers. Les premiers arrivants sont attendus pour mai 2019 avec les suricates, les sitatungas, les makis catta ou encore le potamochère. « Pour les makis catta, les visiteurs pourront entrer dans un enclos immersif », précise le directeur général des services de l’Agglo, Matthieu Gressier. Les autres, tels les ouistitis mignons, l’agouti, le nyala, le tamarin, le panda roux, le vison d’Europe, les loutres et les tortues arriveront au cours de l’année.

« On aurait pu avoir d’autres espèces animales grâce à nos bonnes relations avec des zoos comme Maubeuge, Amiens ou Beauval, mais on n’aura pas la folie des grandeurs, explique Xavier Bertrand. On aurait pu avoir des fauves, des girafes ou des crocodiles, mais ce n’est pas les mêmes frais de fonctionnement. Et nous voulons garder la gratuité », a-t-il martelé.

2. Sept parcours accrobranches et deux tyroliennes pour prendre de la hauteur

La première version avait rencontré un certain succès, mais n’avait pas trouvé grâce aux yeux du président de l’Agglo. À partir du mois d’avril, un projet de sept parcours avec deux tyroliennes et une catapulte sera proposé. Un coût de construction de 190 000 euros, mais dont l’investissement en équipement et la maintenance seraient pris en charge par le futur exploitant. Quant aux tarifs, ils ne sont pas encore fixés. « Il ne faut pas que les gens restent au pied à regarder si on veut que ça marche, concède le président de l’Agglo. L’utilisateur pourrait rester autant de temps qu’il le souhaite. Mais au-delà de 20 euros pour un adulte, ce serait trop cher ».

3. Des navettes électriques pour désengorger les entrées

Le parc d’Isle victime de son succès ? La hausse de fréquentation de l’ordre de 10 % chaque année n’est pas sans provoquer quelques embouteillages aux deux entrées (l’avenue Léo-Lagrange à Saint-Quentin et à son opposé à Rouvroy). « Il faut imaginer les bonnes solutions pour le transport », indique Xavier Bertrand en évoquant « l’arrivée de navettes électriques gratuites qui permettraient de déposer les visiteurs à l’entrée du parc d’Isle et à l’entrée du parc animalier ». L’Agglo pourrait s’inspirer de l’exemple de « Ma citadine », une navette gratuite qui circule à Arras.

4. Des animations toute l’année

Le parc a vocation à vivre toute l’année, pas uniquement en saison estivale. D’où l’ambition de greffer au parc animalier d’autres sources d’animations. « Le parc a vocation à devenir un lieu d’animation durant toutes les saisons », a qualifié Xavier Bertrand. Outre le retour du carrousel, de nouveaux jeux pour les petits seront installés à l’entrée du parc. Un théâtre de Guignol est même prévu. Enfin, chaque changement de saison apportera son lot de grands rendez-vous.

Si l’Agglo met 3,3 millions d’euros sur la table (la Région 1,265 million et l’État 85 000 euros), elle compte aussi sur le mécénat et le financement participatif pour contribuer au développement du parc d’Isle. Le besoin de nourriture supplémentaire engendré par les nouveaux animaux est assuré par les invendus du magasin Leclerc d’Harly. « Il y aura aussi du merchandising, avec des objets permettant aux enfants d’avoir un souvenir du parc, du style mug, t-shirt… », explique encore Xavier Bertrand.


Source : Aisne Nouvelle du 17 sept 2018
AdrieenCottrel
 
Messages: 102
Enregistré le: Mardi 03 Février 2015 21:15


Retourner vers Actualités

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

Tigre en mouvement