Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du zoo

Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du zoo

Messagepar Philippe » Dimanche 12 Février 2017 23:18

À Strasbourg (67), une manifestation pour réclamer la fermeture du zoo de l’Orangerie

Les membres de l’association 269 Life France, connus pour leurs actions coup de poing, ont manifesté ce dimanche à Strasbourg pour la fermeture du zoo de l’Orangerie.

Une cinquantaine de militants s’est rassemblée ce dimanche 12 février 2017 après-midi à Strasbourg pour réclamer la fermeture du zoo de l’Orangerie devant les enclos du parc.

Les manifestants de 269 Life France, se définissant comme une "association végane pour le respect des intérêts fondamentaux de tous les animaux" et organisatrice de l’évènement, ont dénoncé les conditions de vie des animaux et n’ont pas hésité pour cela à se mettre eux aussi en cage.
Source : France 3.
Philippe
 
Messages: 9753
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du

Messagepar lordofdusk » Dimanche 12 Février 2017 23:23

Merci Philippe pour cette info, ça devient une mode de s'enfermer pour dénoncer les conditions de captivités... :roll:
lordofdusk
 
Messages: 274
Enregistré le: Dimanche 08 Mai 2016 12:27
Localisation: île de France

Re: Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du

Messagepar Bastien » Lundi 13 Février 2017 7:51

Il est si terrible que ça ce zoo ?
Bastien
 
Messages: 46
Enregistré le: Samedi 19 Mars 2016 11:03

Re: Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du

Messagepar lordofdusk » Lundi 13 Février 2017 13:48

Oui, surtout pour les lynxs ( si je ne me trompe pas d'animal, cela fait longtemps que je n'y ait plus mis les pieds).
lordofdusk
 
Messages: 274
Enregistré le: Dimanche 08 Mai 2016 12:27
Localisation: île de France

Re: Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du

Messagepar Philippe » Lundi 20 Mars 2017 5:20

Strasbourg : que va finalement devenir le zoo ?

Après des années de polémique, les discussions autour du zoo de l'Orangerie ont repris et un nouveau projet semble obtenir (enfin) l'aval de l'ensemble des participants...

Les années passent et les choses ne semblent guère changer au zoo de l’Orangerie. Au cœur de vives polémiques depuis longues années, il affiche pourtant le même visage, les mêmes grimaces diront ses détracteurs sur les réseaux sociaux. Singes sur le béton, lynx enfermé, quel avenir pour le zoo des Strasbourgeois ? Un dossier complexe où les associations de protections des animaux, l’association des Amis du zoo de l’Orangerie et la ville de Strasbourg, se déchirent. A tel point que certains ont quitté en 2016 les commissions mises en place, laissant une situation bloquée et l’avenir du zoo en suspend. Mais, et c’est inespéré, assurent certains protagonistes, les choses semblent évoluer favorablement et les événements se précipitent.

Un expert qui débloque la situation

Un cabinet d’experts a été mandaté. « Il fallait remettre les gens autour de la table. Cela ne pouvait pas rester en l’état, les décisions étaient clivantes, chacun ayant des avis très divergents et tranchés. Il fallait trouver une solution durable, et pour cela un œil extérieur qui analyse la situation, qui donne un outil de travail, une méthodologie », assure Christel Kohler, adjointe au maire en charge du dossier.
Aussi, l’expert a dressé 24 fiches thématiques décrivant en autre les besoins des animaux, les obligations légales, l’attractivité du zoo pour le public, les critères d’espaces nécessaires, le tout avec les conseils des différents intervenants. Résultat, lors d’une commission réunie vendredi 10 mars, les principaux acteurs ont fini par discuter à nouveau et s’entendre. Et il y aura bien un parc zoologique gratuit. Une avancée qui ne fait pourtant pas oublier que cet équilibre est fragile, comme en témoigne le succès d’une pétition en ligne qui demande toujours la fermeture du « zoo prison » et le replacement de tous les animaux dans des sanctuaires ou associations. Pétition qui a déjà obtenu plus de 44.000 signatures.

Un projet pédagogique et européen

Un zoo, oui, mais pas n’importe lequel et les modalités sont toujours en discussion. Place au zoo moderne, dans l’air du temps et quoi qu’il en soit, place à la pédagogie. Les lieux vont devenir un observatoire de la faune sauvage européenne. Le nouveau zoo devra « être optimal en termes d’espace et de respect de la condition animale, et sera l’occasion, si possible, de montrer des animaux symboles de la bio diversité menacée en Europe. Mais aussi proposer la conservation et la reproduction d’espèce en danger », assure l’élue. Toujours en discussion également, des animaux qui ne sont pas européens mais qui ont été intégrés en Alsace pourraient trouver leur place à l’Orangerie, comme les tortues de Floride.

Le calendrier

Avec un vrai consensus, tout devrait aller vite. La subvention 2017 pour l’association des amis du zoo de l’Orangerie devrait être votée lors du prochain conseil municipal et grâce aux fiches thématiques, trois scénarios vont être dégagés par les groupes de travail. Ils seront chiffrés et les sources de financement vont être diversifiées. Avec, comme piste de travail, la possibilité «d’adoption d’animaux» par le public ou le mécénat d’entreprise. Puis une concertation grand public sera menée sur Internet pour choisir parmi les trois concepts retenus par les groupes de travail, peut-être au deuxième trimestre 2017.

Image
Source : 20 Minutes.
Philippe
 
Messages: 9753
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du

Messagepar Philippe » Mercredi 22 Mars 2017 12:42

Le zoo va devenir un parc zoologique à faune locale

Trois scénarios d’aménagement du zoo vont être établis et soumis à une concertation publique. Avec une orientation générale commune qui est celle d’un parc zoologique présentant des espèces animales européennes alsaciennes voire locales.

Il s’appellera toujours zoo de l’Orangerie, mais il va évoluer vers un concept moins exotique et plus porté vers la faune locale.

C’est ce qui résulte de l’avancement du groupe de travail sur l’avenir du site, péniblement mis en place au gré des points de vue divergents des parties prenantes, mais qui, selon l’adjointe en charge du projet, Christel Kohler, fonctionne désormais bien. « L’association joue le jeu de cette concertation », dit-elle en parlant de l’association des amis du zoo de l’orangerie, qui est gestionnaire de la structure, propriétaire des animaux mais pas des murs.

D’ailleurs, lundi 20 mars 2017 en conseil municipal, l’adjointe au maire présentera une délibération destinée à valider le versement d’une subvention de 270 000 euros pour le fonctionnement du zoo.

Cette subvention a déclenché ces dernières années d’âpres débats au sein du conseil municipal, partant de la somme pour arriver à la thématique du bien être animal et du questionnement sur l’avenir du site.

Pour avancer sur le sujet qui met autour de la table, les amis du zoo, mais aussi des associations opposées à ce type de structure, ou qui demandent une évolution, une étude indépendante a été confiée au cabinet Fox Consulting, qui vient de rendre son travail. Il présente un scénario de réaménagement décliné autour de la « découverte de la diversité animalière européenne ».

Thématique « EuroZoo »

Et le cabinet de proposer de « développer un concept centré autour d’une thématique « EuroZoo ». « La diversité animalière du continent européen est particulièrement riche et méconnue. Celle-ci est porteuse de nombreux enjeux de conservation, de pédagogie et de recherche. »

« Le groupe de travail va désormais affiner cet axe, pour le parc zoologique, mais aussi pour la mini-ferme, dit encore Christel Kohler. Il s’agit d’aller encore plus loin dans la cartographie des espaces sauvages européennes locales, c’est-à-dire alsaciennes, voire urbaines. »

L’étude a établi 29 fiches didactiques pour autant d’espèces animales, allant de la cigogne au hamster, en passant par la souris domestique, le putois d’Europe ou encore la tortue de Floride. À partir de ces fiches, le groupe de travail construira trois scénarios d’aménagement. « Une fois que le groupe de travail aura identifié trois scénarios, nous pourrons aller vers une concertation publique », probablement au cours du second semestre de cette année.

Quant à l’avenir des espèces présentes aujourd’hui et qui ne seront pas retenues pour le nouveau projet, elles pourront éventuellement faire l’objet d’échanges avec d’autres zoos ou parcs.
Source : Dernières Nouvelles d'Alsace.
Philippe
 
Messages: 9753
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du

Messagepar Philippe » Lundi 27 Mars 2017 11:25

Au conseil municipal, l’avenir du zoo de l’Orangerie revient sur la table

La subvention annuelle à l’association « Les amis du zoo » est de retour sur les bancs de l’hémicycle strasbourgeois ce lundi 27 mars 2017. Il est question de voter 270.000 euros pour le fonction de leurs activités autour des petites cages à l’Orangerie. En 2016, le président du groupe majoritaire des élus socialistes à Strasbourg, Philippe Bies, mettait en garde les adjoints : « Il n’est pas envisageable, de notre point de vue, que nous nous retrouvions dans un an à redélibérer pour soutenir un modèle qui est totalement dépassé, qu’on ne rencontre dans quasiment plus aucune ville en France. »

Les assos reviennent à la table de discussions

Depuis ? Les participants aux discussions sont revenus autour de la table. D’un côté les Amis du zoo, de l’autre des associations de défense de la condition animale. Au milieu, les élus strasbourgeois, en particulier l’adjointe à la nature en ville, Christel Kohler (sans étiquette, membre de « En Marche »).

À ce stade, les certitudes sont que le zoo de l’orangerie restera un parc animalier, mais davantage à visée pédagogique, avec des espèces européennes, plutôt qu’exotiques. En clair, le lynx de Sibérie, les loups ou les singes n’ont plus leur place dans les cages étriquées, encore plus sur des sols en béton, bien loin de leur habitat naturel.

Le cabinet d’Expertise zoologique et zootechnique Fox Consulting a produit 29 fiches sur les espèces que l’on pourrait retrouver dans un zoo requinqué. Les tortues de Floride, désormais bien acclimatées à Strasbourg pourraient être de la partie, tout comme des grands hamsters d’Alsace, des chats forestier, des visons, amphibiens ou porc-épic.

Les associations doivent maintenant encore s’entendre sur différents scénarios de développement. Ensuite la consultation sera publique, éventuellement sur Internet comme pour la rénovation des quais, lors de la deuxième partie de l’année. Est-ce que ce sera suffisant pour le groupe socialiste ? Leur vote au conseil municipal de lundi est attendu car pour 2017, il s’agit néanmoins de reconduire le même modèle.

Les élus écologistes ont souvent été critiques de leurs alliés socialistes sur ce point. L’an dernier, ils étaient redescendus d’un ton, histoire de permettre la transition. Mais il n’est pas certain que les lentes évolutions proposées leur conviennent aujourd’hui.
Source : Rue 89.
Philippe
 
Messages: 9753
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du

Messagepar Philippe » Jeudi 30 Mars 2017 8:53

Le zoo de l'Orangerie sème la zizanie

Les écologistes du conseil municipal de Strasbourg ont voté contre l'attribution d'une subvention de 270.000 euros au zoo de l'Orangerie. Soucieux du bien-être animal, ils estiment que le projet d'évolution des lieux ne va pas assez vite.

Ce n'est pas la première fois que le zoo de l'Orangerie enflamme le débat au Conseil Municipal de Strasbourg. Philippe Bies (PS), dénonçant en 2016, un " modèle totalement dépassé ".

Un peu d'histoire


Ce zoo, très apprécié des visiteurs qui se promènent dans le parc, a connu des hauts et des bas dans sa longue histoire.
Créé en 1895, le zoo ne compte plus qu'une chèvre et une mère poule avec ses 14 poussins en 1928, raconte sur son site l'association des Amis du zoo de l'Orangerie et " l'entretien du parc coûte de plus en plus cher " .

Bien plus tard, dans les années 60, il devient le premier centre de réintroduction de la cigogne en Alsace. Puis sous Pierre Pflimlin, alors maire de Strasbourg, la ville finance au début des années 80 la construction de la grande cage aux singes.

Un parc zoologique à espèces locales

La Ville a d'abord pris en charge l'entretien du zoo, puis elle attribue depuis 1949 une subvention aux Amis du zoo qui se charge de l'acquisition des animaux et de l'embellissement du site.

L'association, constituée de bénévoles, envisage en 2009 de déménager le zoo pour créer ailleurs " un parc zoologique de grand style ".

Aujourd'hui, le zoo abrite 470 animaux de 48 espèces différentes. Un nouveau projet d'évolution est à nouveau. L'idée est de privilégier les espèces plus européennes (adieu les macaques de Tonkéan, les lynx de Sibérie !) et d'améliorer les enclos. Un groupe de travail doit rendre ses conclusions au mois de mai. Le projet sera soumis à l'avis du public.
Source (avec reportage vidéo) : http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 23973.html
Philippe
 
Messages: 9753
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du

Messagepar Philippe » Dimanche 02 Avril 2017 19:58

L'avenir du zoo de l'Orangerie de Strasbourg se dessine

Les discussions sont en cours sur l'avenir du zoo de l'orangerie à Strasbourg. Contesté ou considéré comme une institution, les avis divergent sur l'orientation à lui donner. Certains aimeraient un parc tourné vers la faune régionale, d'autres souhaitent garder les animaux exotiques.

Quel avenir pour le Zoo de l'Orangerie à Strasbourg ? Il a besoin d'être rénové et il est en attente de travaux. Sur ce point, tout le monde est d'accord mais ce ne sera pas pour tout de suite. Actuellement une commission composée de la mairie de Strasbourg et de différentes associations en lien avec les animaux se réunit régulièrement pour réfléchir à l'avenir du zoo.

Un cabinet d'étude, Fox Consulting, a remis différentes propositions sur l'avenir du zoo. L'une d'entre elle, serait de ne conserver au sein du zoo de l'orangerie que des animaux de la faune locale. Adieu donc les flamands roses du Chili, la colonie de macaque du Tonkin et les autres espèces exotiques. Sur cette proposition, les avis sont partagés. Certains visiteurs notamment sont attachés à ces espèces exotiques. Comme pour Catherine qui vient souvent se promener avec son petit fils. Pour elle, le zoo de l'Orangerie est un lieu incontournable avec les enfants le mercredi après-midi et le weekend.

Dix élus opposés à la subvention de 270.000 euros de la mairie

Récemment, la mairie de Strasbourg a voté une nouvelle subvention annuelle. 270.000 euros pour l'association des Amis du zoo, propriétaires des animaux et qui emploie le personnel du zoo mais n'est pas propriétaire des locaux ni du terrain. Si la subvention a été votée, dix élus écologistes ont voté contre. Parmi eux, notamment, l'adjoint en charge de l'état civil, Eric Schultz. Selon lui, le zoo doit évoluer en parc de conservation des espèces régionales : " Qu'on s'oriente vers un espace pédagogique d'information sur la faune régionale pour connaître ses problématiques. Qu'on s'approprie cette faune régionale plus qu'un espace de loisir où on passe et on jette trois cacahuètes à des singes, on mange une glace et on s'en va. "

Des projets présentés par les associations de la commission zoo

Du côté de l'Association des Amis du zoo de l'Orangerie, on ne partage pas du tout cet avis et on ne comprend pas pourquoi ces dix élus ont voté contre cette subvention. Pour le président de l'association, Nicolas Herrenschmidt, un parc avec uniquement des espèces régionales : " Ce n'est plus un zoo, cela n'a plus aucun intérêt. Un parc zoologique doit avoir des espèces exotiques ou des espèces européennes. " L'association des Amis du zoo de l'Orangerie a proposé un projet pour le zoo, en conservant notamment les espèces " emblématiques du zoo de l'orangerie, qui attirent le public et pour lesquelles, il n'y a pas de raison de les éliminer ".

A la commission zoo, Christel Kohler, adjointe à l'environnement estime que même si elle aimerait que le zoo s'oriente vers des espèces régionales, il sera difficile de trouver un autre lieu pour accueillir la colonie de macaques du Tonkin. " Ils seront très difficile à déplacer, explique l'adjointe à l'environnement, donc on pourrait les laisser là, jusqu'à leur mort naturelle et après réfléchir à d'autres espèces régionales. "

Christel Kohler attend également d'autres projets, notamment ceux des associations comme Alsace Nature par exemple. La commission zoo se réunit à nouveau à la fin du mois d'avril. Suite à ces différentes propositions, des scénarios seront proposés aux Strasbourgeois. Ils devront choisir l'un d'entre eux d'ici quelques mois, a priori au mois de septembre, via une consultation publique.

Image

Le zoo de l'Orangerie de Strasbourg accueille une quarantaine d'espèce.
Source : France Bleu.
Philippe
 
Messages: 9753
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du

Messagepar abel » Lundi 03 Avril 2017 16:45

Pour le président de l'association, Nicolas Herrenschmidt, un parc avec uniquement des espèces régionales : " Ce n'est plus un zoo, cela n'a plus aucun intérêt. Un parc zoologique doit avoir des espèces exotiques ou des espèces européennes.



Il y a deux ou trois parcs qui consacrent beaucoup de leurs moyens à la faune régionale qui apprécieront cette phrase. Le projet de mise en valeur de la faune régionale a l'air bien plus intéressant que de garder des animaux exotiques dans des conditions déplorables.
abel
 
Messages: 3424
Enregistré le: Lundi 02 Novembre 2015 18:47
Localisation: Tours

Re: Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du

Messagepar raphaël » Jeudi 06 Avril 2017 14:08

Justement, Sainte Croix est juste à côté.
Ce focus sur les espèces régionales ne me parait pas la bonne idée, même si je ne connais pas du tout la situation. C'est un petit zoo, tout petit, qui se visite vite, je pense qu'il faut un mix entre intérêt conservatoire (tout de même) et ludique sans que cela coûte cher. Rester sur quelques espèces de climat tempéré-froid dans le monde, pour coller à la météo locale, me parait judicieux, avec quelques espèces menacées (pourquoi pas comme à Besançon un petit nocturama ou une grange avec grands hamsters, visons d'Europe) et quelques enclos corrects pour des espèces pas trop exigeantes.
Les animaux des zoos sont les ambassadeurs de leurs cousins sauvages. (Pierre Gay)
raphaël
 
Messages: 6555
Enregistré le: Mercredi 10 Août 2005 15:24
Localisation: gironde

Re: Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du

Messagepar okapi » Jeudi 06 Avril 2017 20:30

J'imagine que l'accès est gratuit, non? Si c'est le cas, franchement, n'importe quel projet visant à épargner à une faune exotique des conditions de vie en dessous de la moyenne fera l'affaire! Et s'il faut en passer par une rupture avec l'association en charge des lieux, je ne vois pas où est le problème. Il y a de beaux enjeux à mettre en oeuvre et ce type de structure peut devenir un fer de lance pour la conservation: qu'ils le donnent en concession au parc de Sainte-Croix!
okapi
 
Messages: 10987
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02

Re: Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du

Messagepar Philippe » Lundi 08 Mai 2017 19:17

Parc de l'Orangerie : 269Life manifeste pour la fermeture du zoo

Une cinquantaine de militants de l'association 269Life, opposée à toute forme d'exploitation des animaux, ont manifesté dans l'après-midi du lundi 8 mai 2017 pour la fermeture du zoo de l'Orangerie.

Les militants répartis tout autour du zoo brandissaient des panneaux destinés à interpeller les passants et visiteurs du parc. " Votre silence vous rend complice de maltraitance ", pouvait-on lire, " leur captivité est le résultat de votre indifférence ", ou encore un plus pédagogique " exhiber un animal captif ne montre pas son comportement naturel ".

Selon Regis Meyer, le président de l'association 269Life, " l'objectif est la fermeture du zoo. Nous sommes contre toute exploitation des animaux et spécifiquement ici, le zoo. Nous souhaitons sa fermeture et un reclassement des animaux dans des refuges adaptés. Par ces actions, nous voulons essayer de culpabiliser les gens, car quelque part, il cautionnent, ils sont complices. les animaux sont en souffrance psychologique ".

La municipalité, qui subventionne le zoo géré par une association, a engagé un travail de réflexion en vue de la reconversion du site situé au cœur du parc de l'Orangerie et qui accueille notamment des singes.
Source : L'Alsace.
Philippe
 
Messages: 9753
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du

Messagepar Philippe » Jeudi 25 Mai 2017 8:43

Début de la mue du Zoo de l’Orangerie, les lynx s’en vont

Face aux critiques sur les conditions de vie des animaux, le zoo de Strasbourg, la Ville et les associations planchent sur un nouveau projet de « parc animalier. » Le consensus n’est pas facile à atteindre mais une chose est sûre : les lynx vont partir.

Vous avez peut-être vu récemment de nouvelles cages apparaître devant les enclos du zoo de l’Orangerie à Strasbourg. C’était en fait les activistes de l’association Life 269 qui se sont enfermés pour sensibiliser les Strasbourgeois aux conditions de vie des animaux au zoo de l’Orangerie. Suite aux critiques à répétition sur la taille des enclos notamment, la Ville a fini par réagir.

Évoluer sur les bases du bien-être animal

Depuis février 2015, un groupe de travail est chargé de réfléchir aux évolutions possibles pour le zoo. Il rassemble des élus et l’association des Amis du Zoo, mais aussi d’autres associations comme Alsace Nature, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) ou Code Animal. Christel Kohler, adjointe au maire de Strasbourg en charge de la « Ville en nature », explique les conditions préalables posées au groupe de travail : « On souhaite conserver un espace de présentation des animaux. Mais la Ville a imposé un certain nombre de critères : le respect du bien-être animal, une orientation “faune européenne”, et une dimension pédagogique. »

C’est un minimum pour les associations de défense des animaux, pour lesquelles il est incompréhensible qu’un zoo proposant des enclos aussi petits soit encore en activité. Pour Chloé Kreppert, de l’association Life 269, observateur au sein du groupe de travail, le zoo de l’Orangerie est obsolète : « Enfermer des animaux, c’est contre-nature, et c‘est un contresens écologique. L’argument des espèces à protéger, en fait cela ne représente que 20% des animaux. Et puis on ne préserve pas les espèces en les mettant dans des zoos ! Ces arguments sont fallacieux. Aujourd’hui, on fait du curatif et pas du préventif. Il faudrait plutôt créer des réserves naturelles. »

Des processus judiciaires engagés

Les enclos qui abritent près de 470 animaux, vétustes et inadaptés, sont critiqués depuis plusieurs années : en 2013, l’association de défense des animaux Code animal a porté plainte contre le zoo pour non-respect de la loi relative à la détention d’animaux dans un établissement zoologique, notamment l’impossibilité pour les oiseaux de voler, et à propos du bétonnage des cages des singes et des lynx.

En 2016, le zoo avait fait l’objet d’un bras de fer entre la Ville et l’association des Amis du Zoo, qui gère le petit parc animalier : le versement de la subvention annuelle de 270.000 € avait été conditionné à des évolutions, notamment sur l’enclos des lynx, et sur la gestion financière de l’association. Changements qui n’ont pas vraiment été entrepris. Maintenant, la Ville et les associations planchent sur des projets pour réinventer complètement le zoo… ou pas.

Si tout le monde s’accorde pour “un” changement, le consensus est difficile à atteindre sur “quel” changement. Si l’adjointe Christel Kohler affirme que le groupe « a très bien travaillé », les discussions ont débuté avec des visions bien divergentes, entre les associations de défense des animaux qui ne veulent, pour certaines, plus de zoo du tout, et les Amis du zoo qui n’ont pour l’instant rien changé.

Hamsters et putois pour réinventer le zoo ?

Malgré tout, des projets se dessinent. Le groupe a confié au cabinet de conseil Fox Consulting une expertise pour proposer une marche à suivre. Sur une centaine de pages, les consultants proposent de revoir complètement les objectifs du zoo. L’étude propose d’abord de réaliser de nouveaux locaux et des enclos moins nombreux, mais plus grands et permettant aux animaux de se soustraire aux regards des visiteurs.

Elle détaille ensuite les animaux qui pourraient être présentés. Ils ne pourraient être qu’issus de la faune locale et européenne. Pour les consultants, adieu les flamants roses et autres perroquets, bonjour les visons, chats forestier, grand hamster d’Alsace et autres putois. Aussi, l’étude préconise de proposer un vrai concept avec un scénario de visite et d’aménager des « salles pédagogiques », pour accueillir un public scolaire notamment, et permettre des échanges avec des professionnels.

Mais cette étude ne fait pas l’unanimité parmi le groupe de travail. Elle devait guider ses membres mais finalement, deux projets différents se dessinent et pourraient être soumis à la municipalité. Le premier est porté principalement par les associations Alsace Nature et la LPO, et l’autre par les Amis du Zoo…

Pour les écologistes, un espace interactif avec des espèces locales

Stéphane Giraud, directeur d’Alsace Nature, explique que leur objectif est de changer profondément le zoo pour un espace beaucoup plus pédagogique :« Dans notre pré-projet, on resterait sur une présentation des animaux, mais dans une perspective qui prendrait bien en compte leurs besoins, qu’on expliquerait aux visiteurs. On ne peut pas montrer des vaches qui ne voient pas un brin d’herbe. L’objectif est de faire de l’éducatif. Ensuite, il ne faudra travailler qu’avec des espèces locales, expliquer aux gens la présence de la faune aux alentours, dire à quel endroit on peut voir tel animal, même dans le reste du parc. Ça pourrait être un focus sur le faucon pèlerin. »

Son pré-projet, l’association l’a travaillé avec le CNRS de Strasbourg (qui gère aussi le centre de primatologie de l’Université de Strasbourg, qui fait des recherches sur les macaques de Tonkean) : « On ferait une sorte d’observatoire, avec nourrissage, etc. Tout en assumant que c’est le jeu, parfois l’animal est là, parfois pas. Le pôle lié au CNRS concernerait les corvidés et les macaques. Il faudrait modifier complètement la cage, même si le groupe va plutôt bien. On montrerait tout le travail de recherche : les stimuli, les liens avec l’homme… Ce serait une démarche de science participative. »

Pour les Amis du zoo, un « eurozoo »

En face, le projet des Amis du zoo, plus proche du service minimum, se concentrerait surtout sur un changement des espèces présentées, comme l’explique Nadia Messmer, actuelle responsable du zoo : « Rien n’est encore acté, mais on s’oriente vers une présentation de faune européenne et on maintiendrait les macaques, qui sont attractifs pour le public et qui se portent bien. Au niveau des bâtiments, on est un peu coincé avec le bâtiment principal, avec le dôme, car c’est un monument classé. Mais on changera le reste, il n’y aura plus de succession de petites cages comme aujourd’hui et on mettra en place de grandes volières d’immersion. »

Ces projets sont encore susceptibles d’évoluer, d’autant plus qu’à la dernière réunion du groupe, vendredi 19 mai 2017, les Amis du zoo ont indiqué vouloir se rapprocher d’Alsace Nature pour éventuellement proposer un projet commun.

Les Amis du zoo insistent, le parc est déjà en pleine évolution, et conscient des besoins des animaux selon Nadia Messmer : « Même s’il y a des changements à faire, nous veillons au bien-être des animaux. Nous allons aussi changer la mini-ferme, dont la surface va être plus grande. Il y aura une salle d’exposition. Il y aura une plus grande volière pour accueillir tous les animaux de basse-cour. »

Les lynx, symbole du problème

Pour les plus critiques, ces aménagements sont loin d’être satisfaisants. À Code Animal, on considère que l’urgence est de sauver les deux lynx, dont les conditions de vie sont déplorables, comme l’explique Franck Schrafstetter, le président de l’association :« Leur territoire est beaucoup trop petit et le sol en béton n’est pas du tout adapté. En plus l’animal n’a pas possibilité de se cacher. Il n’y a pas non plus de vraie enceinte, les gens peuvent balancer ce qu’ils veulent dans l’enclos et c’est dangereux. »

L’association est d’autant plus remontée qu’un parc animalier allemand, le Bärenpark Schwarzwald, a proposé depuis plus d’un an déjà, d’accueillir les lynx de l’Orangerie. Proposition relayée inlassablement par Code Animal : « Maintenant, le Bärenpark Schwarzwald nous ont dit que si d’ici fin juin on ne faisait rien, c’en était fini des places réservées. Tout est dans les mains de la mairie et du zoo. Les Amis du zoo ont été contactés par le Bärenpark, ils n’ont jamais répondu. Nous sommes même prêts à organiser le déménagement. On n’a pas besoin d’attendre que les travaux du futur zoo soient entamés. »

Cette fois, l’acharnement a payé, car les Amis du Zoo viennent d’accepter de donner les lynx. Nadia Messmer confirme que des tractations sont en cours : « Les lynx seront transférés cette année encore, peut-être cet été ou cet automne, il faut qu’on organise tout cela. C’est vrai que l’endroit où ils vont est chouette. »

Citoyens, à vos avis (enfin pas tout de suite) !

Rien n’arrête l’optimisme de Christel Kohler, qui affirme que le groupe de travail rendra bientôt publiques ses conclusions. Le projet final devrait être choisi en novembre. Mais avant cela, le grand public sera consulté, éventuellement sur les deux projets en cours, donc. L’adjointe explique le déroulement : « Au cours de l’été, les projets proposés seront mis en ligne pour un recueil d’avis sur internet et en septembre, nous irons aussi à la rencontre du grand public au parc de l’Orangerie, dans les médiathèques et les autres parcs de Strasbourg. Il y aura des stands de présentation et un questionnaire sera mis en place. »

Encore beaucoup de questions à régler

Malheureusement, l’idée d’un nouveau zoo potentiel semble encore loin. Car au-delà du concept, il faut réfléchir aux modalités concernant le personnel, les salaires, la nécessité de déplacer les animaux… Stéphane Giraud indique que quoiqu’il arrive, il faudra être pragmatique et se baser sur l’existant : « Il y a bien sûr la question du financement de l’investissement et du fonctionnement. Mais ce qu’on essaye de porter, c’est la vision suivante : ne pas faire un projet hors sol, se baser sur les gens qui travaillent déjà sur le terrain, faire avec eux. »

Finalement, c’est Christel Kohler qui résume le mieux le challenge : « Il y aura évidemment un modèle économique à inventer pour ce zoo. »
Image

Quelque soit le projet retenu, la succession de petites cages ne sera plus de mise.

Image

Pour les Amis du zoo, le bâtiment historique complique un changement complet des locaux
.
Image

Dans le projet des Amis du zoo, les flamands roses et autres volatiles bénéficieront d’une « volière d’immersion ».
Source : Rue89.
Philippe
 
Messages: 9753
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Strasbourg : des manifestants réclament la fermeture du

Messagepar abel » Jeudi 25 Mai 2017 10:10

Merci Philippe pour cet article complet ! Il va y avoir du changement à l'Orangerie quoiqu'il en soit, et le départ des lynx est une bonne nouvelle.
L'argument "Aujourd’hui, on fait du curatif et pas du préventif. Il faudrait plutôt créer des réserves naturelles." n'est pas très constructif, je trouve.
Enfin, en ce qui me concerne, je trouve le projet d'Alsace Nature beaucoup plus alléchant que celui des Amis du zoo...
abel
 
Messages: 3424
Enregistré le: Lundi 02 Novembre 2015 18:47
Localisation: Tours

Suivante

Retourner vers Actualités

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 2 invités

Tigre en mouvement