Burkina Faso : polémiques autour du zoo de Bobo-Dioulasso

Burkina Faso : polémiques autour du zoo de Bobo-Dioulasso

Messagepar Philippe » Mardi 16 Avril 2019 10:00

Le jardin zoologique de Bobo-Dioulasso : le concessionnaire appelle à l’aide

Le jardin zoologique de Bobo-Dioulasso a été cédé à un promoteur privé en 2015 pour sa réhabilitation, son aménagement et sa gestion. Cependant, la gestion de ce jardin appelé « jardin de la renaissance »fait l’objet de vives critiques car ne correspondant pas, selon ses détracteurs, aux clauses de la concession. Contacté, le concessionnaire du jardin a dépeint les réalités de la gestion de cet espace qui ne sont pas des plus faciles.

C’est par délibération du 16 février 2015 de la délégation spéciale de la commune de Bobo-Dioulasso que le jardin zoologique de cette ville, qui était délaissé, a été concédé à un gestionnaire privé. Cette délibération faisait suite à une requête de Giovanni Antonio Pittalis pour l’obtention d’un contrat de concession du jardin zoologique. Les termes de cette concession prévoyaient la réhabilitation, le réaménagement et la gestion dudit jardin par le concessionnaire. Ainsi, le jardin lui a été concédé après examen de son dossier.

Des polémiques nées de la réhabilitation et de la gestion du jardin


Le jardin après sa concession, a effectivement été réaménagé et sa gestion assurée par le concessionnaire Giovanni Antonio Pittalis. Cependant, après le réaménagement, des voix déconcertantes s’élèvent pour dénoncer la gestion du jardin. Pour les uns comme pour les autres, le jardin est transformé en débits de boissons et même en chambres de passe pour les plus pessimistes. Ainsi, ils trouvent que le concessionnaire n’a rien fait pour remettre en place le zoo que représentait le jardin autrefois. C’est pourquoi, bon nombre de citoyens estiment que le jardin est non seulement détourné de son but premier mais ne sert pas en outre les populations, car il serait devenu selon eux un lieu de spectacle au profit du concessionnaire.

De l’explication du concessionnaire

Face à cette polémique grandissante, il nous a paru intéressant de chercher à connaître les clauses du contrat de concession. Pour le concessionnaire du jardin zoologique, Giovanni Antonio Pittalis, « dans les clauses de la concession de l’espace, je dois réhabiliter, réaménager et gérer ledit jardin au profit des populations. La réhabilitation et le réaménagement du jardin concerne son cadre physique c’est-à-dire son entretien et non la réhabilitation de l’espace en tant que zoo ou parc animalier. Il était question dans ce contrat de redonner de l’éclat au lieu en l’entretenant afin de rendre sa fréquentation plus agréable. Mais cela ne m’a pas empêché d’apporter des animaux au début de la réhabilitation, pour accompagner la vitalité que je souhaitais donner au jardin. C’est ainsi que des caïmans, des pythons, des paons, des canards sauvages et des singes sont venus enrichir le potentiel du jardin. Cette dynamique visait à cadrer le projet avec le nom originel du jardin. Mais malheureusement tous ces animaux ont été volés ».

Selon Giovanni Antonio Pittalis, après la concession du jardin, il devait plutôt élaborer un projet zoologique qui devait être soumis à des institutions telles que le ministère de l’environnement, la chambre du commerce, la commune de Bobo pour être mis en œuvre. Toute chose qu’il s’est appliqué à faire mais qui n’a malheureusement pas eu de suite favorable. Et M. Pittalis d’ajouter que « c’est seulement la commune qui a promis un accompagnement notamment une clôture pour le jardin, car le lieu n’est pas du tout sécurisé. Contrairement à ce qui se dit, c’est sur fonds propre que j’essaie de remettre en valeur cet espace qui était abandonné depuis plusieurs années. Aux jours d’aujourd’hui, j’ai investi plus de 100 millions de FCFA pour réhabiliter le lieu. Et une partie de cet investissement est issu d’un prêt bancaire remboursable sur plusieurs années. Outre les travaux de réaménagement du jardin et les animaux que j’avais fait apporter, plus de 10000 plants ont été mis en terre, un forage avec un bassin d’eau ont été construits à 15 millions de FCFA. Le personnel d’entretien est également à ma charge. Pour l’entretien et la sécurité du jardin, j’ai recruté un jardinier, 3 personnes pour le nettoyage, 2 gardiens et bien d’autres agents pour des services divers. En plus du salaire des employés, je verse 30000FCFA à la commune par mois comme frais d’exploitation de l’espace ».

Pour Giovanni Antonio Pittalis, les recettes du lieu n’arrivent pas à couvrir toutes ces dépenses n’en parlant pas de l’amortissement de l’investissement. L’exploitation de cet espace est donc selon lui, une exploitation à perte. Toutefois il relève que l’espace profite à la population car il ne loue pas le cadre à qui que ce soit. Selon lui, le cadre est gratuit. La seule condition, c’est seulement la consommation pour permettre l’entretien des lieux.

Sur les menaces proférées par certains de saccager le lieu pour présence de «chambres de passe», le concessionnaire rassure : « C’est complètement faux; il n’y a pas de chambres de passe au jardin. Ce sont des aménagements pour non seulement embellir le lieu, mais aussi pour permettre aux gens de se sentir à l’aise. L’entretien d’un zoo n’est pas simple. Ne serait-ce que pour un petit carnivore, il faut au moins 10 kg de viande par jour. Et cela n’est pas chose facile à faire pour un privé. Avec l’accompagnement des institutions, on pouvait le faire, mais il y a un manque de volonté. Si les choses ne changent pas, le jardin risque de retomber dans son ancien état car je ne pourrai pas continuer à investir à pertes. »

Il faut noter que le contrat de concession de ce jardin a une durée de 25 ans à compter de 2015. Il est renouvelable. Il lance alors un appel à toutes les institutions pouvant accompagner le projet à le faire, car à l’allure actuelle, il n’augure pas de lendemains meilleurs.
Source : L'Express du Faso.
Philippe
 
Messages: 10715
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Retourner vers Actualités

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

Tigre en mouvement