BURGERS ZOO 2018

Postez-ici vos comptes-rendus de visites dans les espaces zoologiques français et étrangers...

BURGERS ZOO 2018

Messagepar candlemass » Mardi 08 Mai 2018 18:32

BURGERS ZOO

Date de la visite : 25 avril 2018

Où : Arnhem
Antoon van Hooffplein 1
6816 SH Arnhem

Accès :
Pour ceux qui voyagent en train, Arnhem est accessible depuis Bruxelles et Paris en train Thalys (THA 93xx) avec une correspondance à Schiphol Airport.
Il existe une autre possibilité un peu moins coûteuse depuis Bruxelles, avec les trains IC Bruxelles-Amsterdam (IC 92xx) avec correspondance à Breda.
Depuis Rotterdam, il est possible de rejoindre Arnhem avec une correspondance à Utrecht. Le réseau des chemins de fer néerlandais (NS) est relativement bien desservi avec des cadences de 15 à 20 minutes sur chaque ligne. Rater une correspondance n’est donc pas problématique.
Enfin, pour ceux qui visitent les zoos allemands et qui voudraient faire un crochet par les Pays-Bas, il est possible de se rendre à Arnhem depuis Duisbourg, Düsseldorf aéroport et Düsseldorf H.
Pour terminer, le zoo est accessible en trolleybus au départ de la gare d’Arnhem (Ligne 3, le zoo est le terminus) tous les quart d’heure au prix de 2€.

Prix adulte 2018 : 22€50

website : www.burgerszoo.nl

Chiffres :
ouverture : 13/03/1913
ha : 45
Nombre de visiteur par an : 1.5 millions
EEP : 35 espèces
ESB : 30 espèces

Il s’agit de ma première visite au Burgers Zoo. Je connaissais ce parc par sa réputation d’être un des plus beaux parcs animaliers des Pays-Bas, notamment pour sa grande serre “Bush”, sa Mangrove ainsi que son Safari. J’ai un peu découvert le parc sur place. La première chose qui m’a frappé, c’est de remarquer que le parc joue surtout la carte de ses grosses infrastructures couvertes et récentes dans sa communication, sachant que le zoo existe depuis plus d’un siècle maintenant. Par contre, il ne parle pas trop des anciennes zones qui correspondent au zoo originel, ou du moins, il ne met en avant que la faune sans le contexte.

Je vais essayer de détailler point par point ma visite, du début à sa fin. Je m’excuse déjà pour les quelques photos ratées ou pas très esthétiques. Si vous désirez visiter le Burgers Zoo, il vous faudra bien une journée, à condition de prendre son temps dans les serres. Je suis arrivé au parc vers 13h et parti vers 18h à la fermeture. C’était un peu juste et j’aime prendre mon temps devant les animaux. Les adeptes des visites express ou ciblées auront besoin de moins de temps.

Entrée du zoo :
Image

Une fois l’entrée passée, le premier enclos à droite (face à la boutique souvenir) est le territoire des manchots du cap. L’enclos est de taille moyenne, avec 3 bassins sur différents niveaux reliés par des cascades. Le groupe de manchots est assez important et vit sur un terrain rocailleux et végétalisé. L’enclos est assez classique dans sa conception avec des abris typiques pour leur nids et aussi assez bien de relief. En fin de journée, il semble que les manchots ont l’habitude de profiter des derniers rayons de soleil sur le niveau le plus haut de l’enclos.

Enclos des manchot du cap :
Image

Image


On entre ensuite dans une des deux zones nommées Park, qui correspondent donc aux parties les plus anciennes du zoo. L’endroit est boisé et offre une promenade agréable. Mais ce sentiment est vite assombri par les vieilles infrastructures d’un autre temps.

Le premier enclos à gauche est celui des 2 éléphants d’Asie. Il s’agit de deux femelles nées dans les années 60. Une des deux vit au parc depuis de nombreuses années et la deuxième a été confisquée à un cirque en 2007. L’enclos m’a semblé de taille assez petite pour des éléphants et dans un style que l’on voit un peu partout pour ce genre d’animaux. L’enclos continue en fait derrière le bâtiment de nuit, mais le plan donne l’impression que la route qui passe de l’autre côté de l’enclos ne permet pas de voir les éléphants. Le bâtiment de nuit qui peut accueillir 4 éléphants n’est pas accessible au public et il ne semble pas très grand. Le parc explique qu’il lui est impossible dans cette zone d’accueillir un groupe reproducteur avec un mâle dans un enclos qui répondrait aux besoins d’un tel groupe. Il préfère donc accueillir des femelles trop vieilles ou trop jeunes pour se reproduire. Les deux places “vacantes” sont donc à disposition du programme EEP de l’espèce en cas de besoin.

Enclos des éléphants d’Asie :
Image

Bâtiment de nuit des éléphants d’Asie :
Image

Eléphants d’Asie :
Image

J’ai ensuite fait le tour d’une zone circulaire en béton imitation fausse roche, dont les premières parties sont complètement à l’abandon. Des panneaux colorés s’y succède et font la publicité pour les autres secteurs récents du parc : Rimba, Mangrove, Bush, Desert… L’état général est si délabré que j’ai zappé l’enclos des céphalophes bleus (je l’ai remarqué en quittant le parc). L’infrastructure en question est une sorte de bâtiment central bardé de faux rocher et entouré d’enclos. Après les céphalophes, suivent donc au moins trois enclos abandonnés (occupés auparavant par les hippopotames nains et tapirs terrestres), les lémuriens, les phacochères et on retombe ensuite sur l’enclos des céphalophes.

Enclos des Céphalophes bleus (je n’y ai vu aucun individus) :
Image

Enclos abandonnés :
Image

Image

Les lémuriens possèdent un enclos extérieur légèrement courbé et très végétalisé, séparé du public par des baies vitrées sauf au milieu, où un plan d’eau nous sépare des animaux, évitant le côté “tout sous vitre”. De part et d’autre de l’enclos se trouvent des loges intérieurs accessibles au public via un couloir. Les loges sont agrémentées de structures en tronc. Les lémuriens se trouvaient dans la deuxième loge. On y trouve un groupe de Makis Catta et un (ou plus?) lémur noir mâle (eulemur macaco).

Enclos extérieur des Makis Catta et Lémur noir :
Image

Image

Premier enclos intérieur des lémuriens :
Image

Entrée visiteur et deuxième enclos intérieur des lémuriens :
Image

Image

Le dernier enclos est l’habitat des phacochères, mitoyen de l’enclos des céphalophes bleus.
Image

Image

En face, se situe l’enclos des suricates dont le centre légèrement surélevé permet une vision presque en vis à vis avec les animaux. Le bâtiment moderne en arrière plan est un des restaurants du parc, le Park Restaurant. On y trouve des sandwichs, Burgers, frites et des croquettes de viande très bon marché.
Image

L’enclos des Bongos est dans le même style que les précédents. Un vieux muret entour un enclos assez classique pour l’espèce : bouquet de bambous, murs de rondins, un gros tas de branchages disgracieux… Je n’ai aperçu qu’un seul individus dans l’enclos.
Image

Image

Image

Image


Suis un enclos dont deux bassins reliés par une faible pente occupent la plus grande surface. Des phoques annelés (Pusa Hispida) y vivent et ont comme voisin un groupe de coatis (nasua nasua) dont l’enclos est juste derrière. Je dois avouer qu'à mon premier coup d’oeil, j’ai cru que l’enclos des phoques était aussi un enclos abandonné.
Image

Image

Image

Enclos des coatis :
Image

J’imagine qu’un grand projet va probablement prendre place dans cette première zone du parc. Dans le cas contraire, une rénovation s’impose.

On arrive ensuite au Park restaurant et sur une plaine de jeux. Juste après, deux enclos un peu plus neuf et mieux aménagés prennent place.
Le premier concerne une panthère du Sri Lanka. L’enclos est une sorte de volière intégrée dans un bois et très bien végétalisée offrant à l’animal de multiples cachettes. La zone de nuit se situe derrière un massif en pierre assez typique mais mieux réussi que ce que j’ai pu voir jusqu’à maintenant.
Image

Image

Image

L’enclos suivant est celui des chacals dorés. Les animaux étaient assez actif probablement dû à une activité des soigneurs dans les loges de nuits. L’enclos est dans la même veine que le précédent avec tout de fois un substrat au sol et des aménagements qui semblent avoir été adapté à l’espèce.
Image

Image

Le dernier enclos de cette zone est celui des rennes des forêts. Un enclos tout ce qu’il y a de plus banal et pas très esthétique. Sur la gauche du bâtiment de la première photo il y a un pré-enclos où la plupart des rennes se trouvaient. Celui-ci était ouvert et sert probablement dans le cas où il faut isoler des individus.
Image

Image

Voici ce qui clôture la partie Park située à l’entrée. J’avoue qu’à sa sortie et en me dirigeant vers la Rimba, je me suis un peu demandé où j’étais tombé et si je ne m’étais pas fait flouer par une bonne campagne marketing. L’ombre des arbres, le ciel gris et les vieux murs couverts de mousse ont certainement alourdi le début de ma visite, mais le style très vieux et non entretenu de cette zone m’est resté en travers de la gorge.

La Rimba a été inaugurée en 2008, probablement sur d’anciens vestiges du zoo pour tout ce qui ressemble à un rocher. La thématique de la zone est l’Asie du sud-est et les espèces qui y sont présentées sont très intéressantes. La Rimba est constituée d’un chemin serpentant entre divers enclos, dont une partie sous le gros rocher qui me semble contenir l’abris de nuit des tigres.

Le premier enclos est celui des ours malais et des bingturongs. J’ai trouvé l’espace assez grand pour les 3 ours qui y vivent et il semble y avoir plein de recoins où y cacher de la nourriture pour les occuper. Je n’ai par contre pas vu de bingturongs. La température n’étant pas exceptionnelle le jour de ma visite (à peine 15 degré) peut-être ne sont-ils pas sorti ce jour là. Il y a dans l’enclos de nombreux arbres ainsi que divers troncs qui constituent tout un réseau aérien. Mais, certains arbres sont équipés d’éléments électriques qui obligent les ours malais (pourtant de bons grimpeurs) à rester au sol, certainement dans le but de tenir à distance les deux espèces. Les “structures” accessibles aux ours ne sont d’ailleurs pas reliées au réseau de branches qui communiquent avec le bâtiment de nuit des bingturongs.

Enclos des ours malais et bingturons :
La porte à gauche sur la photo, le long de l’enclos, donne accès aux loges de nuit des ours malais. (il n’est pas possible de voir les loges des bingturongs)
Image

Sur cette photo, la structure avec les arbres plus clairs est accessible aux ours :
Image

Image

Enclos de nuit des ours malais :
Image

Ours Malais :
Image

Image

On arrive ensuite dans un enclos que j’ai trouvé très intéressant. Une plaine asiatique en presqu’île bordée d’eau où cohabitent Siamangs (hylobates syndactylus), macaques à queue de cochon des îles de la Sonde (macaca nemestrina), muntjacs de Reeves, cerfs cochons, cerfs d’Eld et des bantengs. Il y avait assez bien d’animation dans l’enclos, un macaque courait après les bantengs qui en même temps dispersaient les cerfs. Les siamangs dormaient dans un arbre.

L’enclos est assez simple, boisé, avec quelques troncs pour les singes. Une sorte de kiosque bâti autour d’un arbre qui semble être le lieu de prédilection des siamangs est relié aux autres arbres de la plaine par de simples cordes, évitant d’alourdir le lieux avec des structures un peu disgracieuses. Certaines zones (bosquets, groupe d’arbres) sont inaccessible aux animaux, protégées par des clôtures pas très sexy.

Kiosque avec siamangs et bantengs :
Image

Muntjac de Reeves :
Image

Cerfs cochon :
Image

Image

Cerfs d’Eld :
Image

Cerfs d’Eld et cerfs cochon :
Image

Cerf d’Eld et macaque à queue de cochon :
Image

Bantengs :
Image

Image


Depuis la plaine, il est possible de voir les tigres dont l’enclos est mitoyen, séparé toutefois par un fossé et une haute clôture. Cette proximité joue certainement un rôle dans l’instinct de prédation des fauves car ces derniers regardaient avec intérêt les courses poursuites entre cerfs et bantengs.
Image

Le chemin qui longe la plaine s’enfonce ensuite sous le gros rocher. On y trouve 3 vivariums d’assez grande taille. Les deux premiers abritent des varans malais.

Enclos des varans malais (le premier en entretien) :
Image

Image

Varan malais
Image

Le dernier vivarium abrite deux pythons réticulé.
Image

Le tunnel est d’assez grande taille et je m’attendais à y voir plus d’animaux. C’est dommage car on aurait pu y développer un espace pour les petites espèces nocturnes (couscous, lori lent, chevrotain, tarsier…)

En sortant, le chemin vire à gauche et on pénètre dans un tunnel en bois, point d'observation de la volière des gibbons à joues jaunes (nomascus gabriellae), non visible lors de mon passage et semnopithèques obscure (Trachypithecus obscurus). La volière est très végétalisée et truffée de structures grimpantes faites d’arbres morts qui donnent un rendu naturel et de cordages. L’espace est de bonne taille mais le fait qu'il s’agit d’une volière donne une impression d’écrasement. Les singes ont accès à leurs loges de nuit via un tunnel grillagé.
Volière des gibbons et semnopithèque
Image

Image

Image

Un petit espace est aménagé et permet aux singes de se tenir sur des branches dans un espace fermé et vitré tout près des visiteurs.
Image

Semnopithèque obscure

Image

Le dernier enclos de cette zone est celui des tigres de sumatra. Ils sont plutôt bien loti dans un très grand espace bien végétalisé avec du relief. Les visiteurs sont aussi gâtés avec une vision directe en hauteur, là où l’enclos s’enfonce en fossé vers un point d’eau et un parcours bordé de baies vitrées qui entre dans l’enclos. Comme dans l’enclos précédent un espace vitré, ici une sorte de petit caverne, permet une proximité le long de la vitre avec le public.
Image

Image

Image

Image

Image

Tigre de sumatra (arrière plan : plaine asiatique avec loge de nuit d’une des espèces de singe)
Image

Par rapport à la première zone, la Rimba est nettement mieux. Mais pour être objectif, il n’y a pas de quoi être subjugué. J’ai aimé les espèces choisies dans cette zone, mais j’ai trouvé que le projet dans son ensemble restait fort traditionnel. Le fait que les enclos étaient assez bien végétalisés constitue un plus, mais dans l’ensemble, cette partie reste très banal. Je ne sais l’expliquer mais je ressens comme un sentiment de trop peux. Malgré la végétation luxuriante le long des allées, le dépaysement n’est pas là. Dans cet espace, le parc communique sur les problèmes écologiques qui s'abattent sur cette région du monde, avec un accent mis sur la campagne EAZA - IUCN/SSC Southeast Asia de 2012.

J’emprunte ensuite un chemin courbe et descendant vers la première grande serre que je vais visiter au Burgers Zoo : Desert. L’entrée est très sobre et discrète…
Image

D’une superficie de 7500m², cette partie à pour thème le désert de Sonora en Amérique du nord. Je suis étonné de la chaleur plutôt fraîche, mais un peu plus loin, j’apprends sur un panneau qu’afin de respecter les saisons, la température est volontairement basse en cette période de l’année afin que les animaux profitent d’un climat identique à celui de cette région du monde, les déserts étant plus frais en hivers. Il y règne beaucoup de béton et une forte odeur, certainement due à la présence des mouflons et des pécaris. Image

Image

Image

A gauche ou à droite? c’est la question que je n’ai pas arrêté de me demander cette journée. Aucun sens de visite n’est proposé au visiteur. Ce qui est problématique car on risque de louper quelques recoins intéressants où de se taper des aller-retours inutiles. Après avoir jeté un coup d’oeil sur le plan, il me semble logique d’aller à gauche.

Le premier enclos est celui des lynx roux (non visible lors de mon passage). L’enclos est dans la même veine que la serre mais avec un teinte plus rougeâtre. La séparation avec le public est faite de fils métalliques tendus. J’aime assez ce système que je trouve esthétique et qui permet une séparation autre que la vitre. Mais vu le danger de se faire mordre, il n’est évidemment pas possible de se tenir à une distance idéale si l’on veut scruter l’enclos. Il existe aussi une petite fenêtre étroite sur le flanc de l’enclos avec une vision un peu plus plongeante.
Image

Image

Vient ensuite un premier point de vue sur l’enclos des mouflons canadiens, un enclos tout en béton style rocher, comme tout ce qui ressemble à un rocher dans cette serre, avec assez bien de dénivelé. On sent que l’on a essayé de concevoir quelque chose pour des animaux de la montagne.
Image

Image

On contourne ensuite l’enclos et l’on se retrouve derrière le côté haut de l’enclos où deux longues ouvertures offrent un beau point de vue sur l’enclos et la serre.
Image

Image

Image

Image

La visite continue dans un tunnel sombre ou un vivarium type nocturama abrite une espèce dont j’ignorais complètement l'existence : le bassaris rusé. L’enclos est rocailleux avec un fond en rocher où les animaux peuvent grimper aisément. Il y a aussi beaucoup de branchages. L’enclos est de bonne taille car il comporte deux grandes baies vitrées.
Enclos des bassaris, première baie vitrée (photo de mauvaise qualité)
Image

Image

Bassaris rusé
Image

Après ce bref passage dans le noir, on arrive à l’avant de l’enclos des mouflons. Un chemin mène à un point de restauration.
Enclos des mouflons du Canada
Image

Mouflons du Canada
Image

A ce moment précis, la visite n’est pas finie, mais je n’ai toujours pas vu des panneaux qui permettent d’identifier les espèces animales présentes en liberté dans la serre. C’est vers la fin de mon parcours que j’ai enfin croisé ces panneaux. Un passage souterrain relie le Desert au Bush avec sur le plan une flèche dans le sens opposé. Il semble donc que je sois entré par la sortie… Il faut donc passer d’abord dans le Bush et ensuite venir dans le Desert. Ajouter un peu plus de ces panneaux dans la serre et aux entrées aurait été plus intéressant. J’aurais aimé savoir ce que je dois chercher comme espèce dans la serre.
Liste des espèces présentes dans la serre en vol libre :
Urubu à tête rouge
Image

Tourterelle à ailes blanches
Image

Colin écaillé
Image

Mais aussi Colin de Gambel, Roselin du Mexique, Cardinal rouge, Évêque de Brisson, Passerin nonpareil, Chardonneret gris, Cardinal Jaune et Tourterelle de Socorro.

Je continue donc à m’aventurer au hasard, apercevant de temps à autre une espèce d’oiseaux où l'autre, sans ne pas trop savoir ce que j’arrive à prendre en photo. Après être passé non loin de ma sortie-entrée, j’arrive à nouveau dans un tunnel rocheux. Il ne faut pas se louper car sur la droite il y a un accès vers une volière de petite taille. On y entre et sort par la même porte (languettes en plastique translucide) et il n’y a comme toujours aucune indication de sens de la visite. Il m’a semblé observé une tourterelle de Socorro ainsi que des roselins du mexique. Aucune information sur les habitants de cette serre. Il faut soit faire comme moi, et attendre de passer devant les panneaux pour savoir où venir du Bush, étudier les panneaux et se souvenir du bon nom quand on croise les individus concernés…

Petite volière dans le Desert
Image

Pigeon de Socorro (?)
Image

Roselins du Mexique (??)
Image

Image

La visite continue dans le tunnel où 3 vivariums se succèdent. Le premier abrite des Monstre de Gila.
Image

Le deuxième des souris des cactus (non visible, les soigneurs ajoutant du sable dans l’enclos)
Image

Et le troisième des bassaris rusé.
Image

C’est en quittant ce tunnel que j’arrive, un peu plus loin aux fameux panneaux qui permettent d'identifier les espèces, juste avant une volière tout en longueur habité par les grands géocoucous et les chevêches des terriers.
Image

Image

Chevêche des terriers
Image

Le chemin continue et contourne le dernier enclos important de cette zone : celui des pécaris à collier. L’enclos est sablonneux et pas énorme.
Image

Pécaris à collier
Image

Une partie de l’enclos est visible depuis le dernier tunnel rocheux à travers des trous dans la roche...
Image

… mais également à travers les baies vitrées du dernier vivarium qui abrite des crotales (crotalus ruber)
Image

Mon entrain est retombé après cette visite. J’ai eu l’impression d'évoluer dans l'enclos des damans au zoo de Rotterdam, mais 10 fois plus grand et avec des plantes du désert. La signalétique fait défaut. Les renseignements sont difficiles à trouver et une serre si grande devrait avoir au minimum son propre plan avec les différents points forts qui y sont indiqués. Jusqu’au dernier moment, j’ai cru que j’allais devoir rebrousser chemin pour espérer trouver les pécaris, sans pouvoir deviner qu’ils se trouvaient à la fin de mon parcours. La végétation désertique a comme inconvénient que la structure de la serre est fort apparente. Elle n’est pas forcément inesthétique, mais certains endroits sont très disgracieux. D’avis personnel, j’estime que la partie restauration n’a pas trop sa place dans la serre et le bâtiment stylé du restaurant fait un peu parc d’attraction.

(à suivre)
candlemass
 
Messages: 103
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Re: BURGERS ZOO 2018

Messagepar candlemass » Mardi 08 Mai 2018 18:34

Nous continuons donc notre route vers le Bush. Image

Le chemin s’enfonce dans le sol entouré d’un décors de caverne naturelle qui devient par après une sorte de mine. Je découvre que des vivariums ponctuent le parcours. Un parcours qui m’a assez agacé. Le chemin se sépare en deux, pas d’indications, un des deux est bordé de vivarium l’autre pas… Ca devient un peu saoulant. De plus, une école est dans les parages. Aux Pays-Bas, les enfants sont particulièrement bruyants. L’ambiance était assourdissante.
Image

Image

Les premiers vivariums sont de petites tailles et allongés. On y trouve respectivement des scorpions hadrurus arizonensis, des pholeogryllus geertsi et une mygale brachypelma smithi.
Image

Brachypelma smithi
Image

Les autres vivariums :
Crapaud incilius alvarius
Image

Ecureuil des rochers
Image

Sigmodon (sauf erreur de ma part)
Image

Couleuvre faux corail (lampropeltis triangulum)
Image

Rat-kangourou de Merriam
Image

Un dernier vivarium en “L” abrite des chauve souris fer-de-lance à lunettes (carollia perspicillata)

Je quitte cette sorte de nocturama en me disant qu’ici, même un parcours en ligne droite est compliqué. Les vivariums étaient assez semblables dans l’ensemble, sable et roches dominent. On est dans le désert! J’aurais trouvé intéressant qu’un petit dessin de l’animal soit ajouté sur les panneaux nominatifs, car avec un nom en néerlandais, allemand ou anglais, on ne sait pas toujours quoi chercher.


Le Bush est en fait un complexe colossale. Autour de cette serre rectangulaire, qui fait 1,5 hectare, se dresse un bâtiment en “L” qui longe entièrement une des longueurs et une des largeurs de la serre. Dans la partie le long de la largeur se trouve l’Ocean, l’aquarium de Burgers Zoo. En plus des infrastructures techniques, l’autre partie comporte le restaurant du Bush (On y trouve des sandwichs, Burgers, frites et des croquettes de viande très bon marché) qui possède une terrasse le long de sa façade où les oiseaux de la serre se chargent de débarrasser les restes dans les assiettes, un restaurant Safari (fermé en basse saison), boutique cadeaux, des bureaux et les loges de nuit des animaux de la savanes.

Plutôt que de décrire ma découverte pas à pas, je vais séparer la description du lieu en 3 parties : L’ambiance, les enclos et les animaux en liberté que j’ai pu photographier.

L’ambiance pour commencer.
Le Bush a été mon premier coup de coeur. On pourrait y rester des heures tellement il y a de choses à voir et dénicher dans cet immense espace. La végétation est luxuriante comme je l’ai rarement vu et la hauteur de la serre est impressionnante. La hauteur des arbres et la densité des feuilles occultent complètement la structure. A l’inverse du Desert où le plafond pèse sur notre tête, ici l’immersion dans la jungle est une réussite.
Image

De nombreux point d’eaux ponctuent le parcours. De la grosse cascade au petit ruisseau que l’on peut traverser en sautillant de pierre en pierre. On sent la patte de l’homme mais aussi la conquête de la nature sur les éléments posés par l’homme.
Image

Image

Image

Image

Image

Image

La végétation est superbe et on y trouve une multitude d’essences intéressantes. Le rendu est dépaysant et immersif. J’ai rarement eu autant le sentiment d’être en pleine jungle.
cacaotier
Image

Nids des cassiques le long de la terrasse du restaurant du Bush
Image

Image

Image

Image

Le Bush est parcouru par des sentiers macadamisés mais aussi par d’autres sentiers étroit recouverts d’écorces qui s’enfoncent dans la végétation à la découverte de points d’eaux et autres merveilles végétales ou animales à observer. Il est d’ailleurs plus aisé d'observer les oiseaux via ces chemins.
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Divers enclos se trouve dans le Bush Ils sont tous assez semblable sauf celui pour les loutres que j’ai trouvé plus intéressant.

Enclos des capybaras
Image

Enclos des oryctéropes
Image

Enclos des caïmans. Ce dernier se trouve en fait dans une volière. Le point d’eau contient divers poissons dont des raies et un énorme poisson chat. En sortant de la serre, il est possible d'accéder à un espace qui permet une vision sous-marine du point d’eau.
Image

Image

Caïman (caiman latirostrus)
Est-ce un caïman à museau large (caiman latirostris) ???
Image

Tortues Chelonoidis carbonarius
Image

loutres asiatique
Image

Image

De nombreux oiseaux volent en permanence dans le Bush et il faudrait y rester une journée entière afin de tous les observer. Voici un échantillon de quelques uns que j’ai pu photographier ainsi que des roussette de Rodrigues dont le vol entre les arbres à quelque chose de vraiment magique. Je n’ai pas identifier toutes les espèces sur mes photos. Colombe poignardée
Image

Cassique à queue rouge (?)
Image

Image

Roussette de Rodrigues
Image

Image

Colombine turvert
Image

Cossyphe à calotte neigeuse
Image

Bulbul orphée
Image

Image

Roulroul couronné
Image

Foudi rouge
Image

autres espèces
Image

Image

Image

Image

Image

Je ne les ai pas croisé, mais la serre abrite aussi des anolis marmonatus. J’ai observé quelques gouras de Victoria ainsi qu’un espèce de touraco. Pour moi, le gros point noire du Bush est l’absence de plan sur place. Le plan distribué à l’entrée est beaucoup trop vague et l’on ne sait pas réellement ce qu’il y a à voir. Je n’ai vu aucune information sur les animaux en liberté dans la serre. Les seuls informations que j’ai vu concernaient ceux qui ont leur propre enclos.

Entrèe de l’Ocean depuis le Bush
Image

Depuis le Bush, on peut donc accéder à l’Ocean. Le concept de l’aquarium est assez intéressant. Il s’agit d’un parcours qui s’enfonce progressivement dans la mer depuis le rivage jusqu’à la haute mer avec un accent mis sur les différents biotopes qui se succèdent.
C’est surtout la taille des bassins qui est impressionnante. A noter que les informations sont en français sur les panneaux.

Premiers bassins
Image

Image

Image

Image

Une scénographie plutôt cavernicole
Image

Image

Image

Le grand aquarium des requins (3 000 000 de litre d’eau de mer)
Image

Requin marteau
Image

Un poisson que j’ai observé pour la première fois : le grand poisson lanterne.
Image

Aquarium tunnel, beaucoup moins joli que celui de Rotterdam.
Image

Image

Safari
Le safari est en fait une énorme plaine africaine. Il y a un point d’observation depuis la terrasse du restaurant safari. A proximité, il est possible de voir des pintades, des pélicans et des grues couronnées qui se trouvent dans le point d’eau qui borde la terrasse, dont le premier parterre herbeux est inaccessible aux mammifères. On peut ensuite emprunter un chemin couvert (sorte de pont en bois fermé avec des ouvertures pour y observer la savane) qui longe la plaine sur sa première partie et plus. La promenade continue ensuite dans un bois.
Vue depuis la terrasse
Image

Image

Image

On y trouve des antilopes rouanne, des rhinocéros blanc, des cobes à croissant, des gnous bleu (C. t. albojubatus), des girafes de Rothschild et des zèbres de Grant. Trois oryx beisa étaient dans un enclos mitoyen de la plaine.
Antilopes rouanne
Image

Image

Oryx beisa séparé dans un enclos
Image

Cobes à croissant (à gauche, l’enclos des oryx)
Image

Image

Image

Zèbre de Grant
Image

Girafes de Rothschild
Image

Vue depuis le pont couvert
Image

Image




Vu la taille de l’enclos, j’imaginais que l’on pouvait parcourir cette partie avec sa voiture, mais il n’en n’est rien.

La savane est en deux parties, faussement séparée par de grands bosquets arborés inaccessibles par les animaux et par des plots largement espacés. Les animaux sont donc libre d’aller où ils veulent.
Image

Image

La promenade le long de la deuxième savane continue à découvert le long d’un bois et offre un joli panorama le long d’un point d’eau partiellement recouvert de roseaux.
Image

Image

Les rhinocéros et gnous se trouvaient dans le fond de la deuxième partie. Les animaux sont d’ailleurs difficilement observables à cet endroit précis car le sol semble pencher dans le sens opposé.
Image

La promenade continue dans le bois où se succèdent les enclos des lions et des guépards. Ces deux enclos sont quasi identiques. Ils sont herbeux, boisés, de taille respectable, plats avec chacun une sorte de petit terrier. Entièrement entouré de grillage, chaque enclos possède une cabane accessible aux visiteurs d’où ils peuvent observer les fauves derrière une vitre.
Enclos des Lions
Image

Image

Image

Image

Image

Lions
Image

Chemin boisé entre les deux enclos
Image

Enclos des Guépards
Image

Image

Image

Image

Image

Guépards
Image

One ne peut pas dire que le parc c’est foulé pour cette partie du parc. Point de vue de l’espaces pour les animaux de la savane, il me semble qu’il n’y a rien à redire. Pour les lions et guépard, les enclos sont grands mais je trouve qu’ils manquent d’aménagements. Un terrier et quelques troncs d’arbres, c’est un peu maigre. J’ai aussi trouvé les aménagements en bois pour les visiteurs très austère.

L’heure tourne et après avoir passé un long moment dans le Bush, il ne nous reste plus beaucoup de temps pour terminer la visite. J’accélère donc un peu la cadence et décide de zapper quelques enclos qui me semblent un peu moins intéressant sur le plan zoologique, dans le sens où il m’est facile d’en croiser souvent en zoo.

Je me dirige vers la deuxième partie nommée Park. Je tombe sur deux immenses enclos vides mais assez bien garni. Le premier entouré de bras d’eaux est le territoire des gorilles de l’ouest et des Mangabeys doré.
Image

Image

Il existe une sorte de tunnel grillagé en hauteur pour les mangabeys. Un aménagement du genre devrait logiquement exister pour les gorilles, les loges de nuits étant assez éloignées de leur île.
Image

Un espace rectangulaire et vitré permet aux visiteurs de pénétrer un peu plus près le long de ces deux enclos. Le bémol de cette espace est que les vitres sont un peu hautes. Il aurait été intéressant d’avoir l’une ou l’autre baie vitrée de plain pied. De plus, l’aménagement ne semble pas tenir compte du fait que les singes n’apprécient pas trop d’être observé par le haut, surtout d’aussi près. A la droite de cet espace, le bas de la fenêtre est quasi à hauteur du bras d’eau qui entoure l’espace des chimpanzés.
Image

L’enclos des chimpanzés n’est pas trop mal agencé et de bonne taille.
Image

Image

Il est juste dommage que les deux enclos comportent de nombreux arbres où bosquets
entouré de clôtures électriques.

J’ai apprécié les enclos extérieurs des grands singes. Ce n’était pas le cas des enclos intérieurs qui m’ont énormément déçu. Il n’est pas possible d’observer les mangabeys quand ceux-ci sont rentrés.
Enclos intérieur des chimpanzés puis des gorilles.
Image

Image

Le bâtiment des grands singes est mitoyen avec celui des oiseaux. Une infrastructure un peu vieillotte où les oiseaux n’ont pas l’air d’être mis à leur avantage dans de petites volières qui manquent cruellement d’espace.
Image
Image

Ara Hyacinthe
Image

Nestor Kéa
Image

Géocoucou
Image

On y trouve aussi une cohabitation entre cacatoès rosalbin et kookaburra à ailes bleues ainsi qu’entre calao charbonnier et tragopan satyre.

Chaque volière interne donne un accès vers l’extérieur où des volières basses mais végétalisées, dans un style assez old-school, égayent un peu les lieux.
Image

J’ai ensuite zappé les flamands roses et les wallabys et je passe devant la grande volière des vautours. Le parc ferme dans moins d’une heure et il me reste à voir la mangrove

Arrivé sur place, je suis vite rassuré. Il n’y a pas de fermeture avant l’heure de la Mangrove et le dôme n’est pas énorme. Je peux donc prendre mon temps et profiter de l’espace sans craindre le temps. Un chemin circulaire longe un grand bassin en arc de cercle où vivent 3 lamantins des Caraïbes.
Image

Image

Image

Le parc possède le plus gros groupe de crabes violoniste d’Europe. Les crabes y sont étudiés. Le biotop est assez bien adapté à cette espèce. J’ai également aperçu une limule.
Image

Image

Image

Image

Image

Limule
Image

Aquavision des lamantins
Image

Autres espèces dans le bassin des lamantins
Image

Le dôme abrite aussi une multitude de papillons ainsi que quelques oiseaux : tourterelles à ailes blanches, cardinal rouge, guit-guit céruléen, jacarini noir et dendrocygne fauve.

Je n’ai pas été très emballé par l’ambiance du dôme. On y voit des choses intéressantes mais la mangrove y est un peu sommaire je trouve. Le projet n’est, pour moi, pas du tout abouti. Les palétuviers sont tout maigrichons et je pense qu’il faudra attendre que ces derniers poussent afin d’avoir un rendu optimal. Mais bon, il faut aussi se poser la question suivante : où trouver des palétuviers de tailles convenables? Cela dit, sur le plan du bien être des animaux je n’ai rien à redire.

J’ai un peu de mal à conclure ma visite. Chaque personne a ses propres attentes d’un zoo, du divertissement à la conservation…

J’avoue que je m’attendais à un parc relativement récent, ignorant que le parc avait été fondé en 1913. Il y a donc du vieux et du neuf. Une confrontation entre une vision moderne et une vision complètement dépassée du zoo.

Un des plus gros point négatif du Burgers Zoo est pour moi la circulation qui n’est pas très claire. Je n’étais jamais certain de prendre le bon chemin, surtout dans les serres Desert et Bush. On peut vite s’y égarer et zapper un tas de lieux intéressants. Une signalétique timide, des panneaux pédagogiques (projet, conservation, identités des animaux) souvents absents dans certains lieux (ou introuvables?) ont un peu terni ma visite.

La conception du zoo est assez particulière. J’ai l’impression que les grosses serres ont été casées comme on pouvait. Il reste des chemins qui datent d’avant ces infrastructures mais ils sont toujours là sans que l’on comprenne leur but. On peut parfois observer des parties d’enclos depuis ces chemins mais cela n'apparaît pas clairement sur le plan. (cf enclos des éléphants) Le seul projet que j'ai vraiment aimé est le Bush. L'aquarium n'est pas mal non plus. Le reste est correcte mais l'innovation n'est pas toujours au rendez-vous et l'on se retrouve en fait avec un zoo très classique.

Le parc est très agréable avec de nombreux sentiers et chemins boisés.

Enfin, le plus important à mes yeux : le bien être animal. Certains animaux sont moins bien loti que d’autres. Je pense notamment aux phoques et aux bâtiment des oiseaux. Mais on est très loin quand même de certains zoos où l’insalubrité est une catastrophe réelle. Même s’il a des choses à redire, dans l’ensemble, les animaux sont bien traités.

J’espère que dans le futur (proche) de nouveaux projets engloberont ces espèces moins bien lotie.

Malgré les critiques négatives, si vous êtes dans le coin n'hésitez pas.
candlemass
 
Messages: 103
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Re: BURGERS ZOO 2018

Messagepar Molinae » Mardi 08 Mai 2018 19:16

Juste souligner que le bush a 30 ans cette année. Il faut quand même reconnaître qu'ils étaient précurseurs en 88.
Rien que pour l'Anhinga, ça vaut le coup !! :)
Le désert date de 92, si je ne m'abuse, là aussi bravo mais je te rejoint sur l'effet plafond.
Pour la première zone que tu as visité (céphalophes etc...), il est question que tout ce site soit rasé dans les années à venir.
La mangrove est toute jeune, il faut laisser le temps au temps. Leur philosophie est intéressante, ils ajouteront des espèces au fur et à mesure de la croissance des végétaux et cela au fil des années.
L'aquarium est simple mais bien réalisé. Le récifal particulièrement spectaculaire vu la profondeur et la hauteur de la bête. A souligner aussi l'état sanitaire des poissons.
J'ai bien aimé Rimba et ses cohabitations. J'ai eu la chance d'assister à un concert de siamang ce jour là, fabuleux.
Le safari, simple , efficace, bonne surface et un resto bien intégré dans le décor de kopje.
Même si les surfaces pour les grands félins africains sont dans l'ensemble correcte, l'effet sous-bois n'est pas le mieux adapté aux espèces présentées (ce n'est qu'un détail).
Pour les panthères et les chacals, j'ai trouvé ça vraiment petit petit et pourtant ce n'est pas bien vieux dans la conception.
La collection des oiseaux se réduit d'années en années, que vont t'il faire ?
Effectivement, le plan est simple mais bon le parc n'est pas si grand.
Pour les panneaux d'espèces, je suis d’accords. Mais j'ai remarqué aussi ce détails dans d'autres zoos hollandais.
Un parc à visiter, je vous le conseille.
Molinae
 
Messages: 88
Enregistré le: Jeudi 03 Mai 2018 16:13

Re: BURGERS ZOO 2018

Messagepar furylion » Mardi 08 Mai 2018 20:17

Merci candlemass pour ce compte-rendu.
Avatar de l’utilisateur
furylion
 
Messages: 377
Enregistré le: Lundi 26 Septembre 2016 7:50
Localisation: Paris

Re: BURGERS ZOO 2018

Messagepar Clemsy67 » Mardi 08 Mai 2018 20:59

Merci beaucoup pour ce compte-rendu et ces impressions !
Malgré les quelques points noirs que tu souligne, il me tarde de découvrir ce parc.
Clemsy67
 
Messages: 243
Enregistré le: Mercredi 26 Octobre 2011 16:17

Re: BURGERS ZOO 2018

Messagepar éric13 » Mardi 08 Mai 2018 22:31

Un plaisir de lire ton compte-rendu. Merci.
Avatar de l’utilisateur
éric13
 
Messages: 1028
Enregistré le: Lundi 10 Septembre 2012 22:18

Re: BURGERS ZOO 2018

Messagepar abel » Mercredi 09 Mai 2018 10:56

Merci pour ce compte-rendu imagé fort intéressant !
abel
 
Messages: 3399
Enregistré le: Lundi 02 Novembre 2015 18:47
Localisation: Tours

Re: BURGERS ZOO 2018

Messagepar Panda21 » Mercredi 09 Mai 2018 19:07

La mangrove a bien poussé, je me souviens des critiques au début quand c'était assez désertique, il fallait juste un peu de patience
Panda21
 
Messages: 2116
Enregistré le: Mercredi 15 Avril 2009 20:19

Re: BURGERS ZOO 2018

Messagepar candlemass » Jeudi 10 Mai 2018 10:35

merci pour vos messages.

Avec le recule j'apprécie un peu plus ma visite. C'est parfois difficile en une journée et une visite de se faire une idée d'un parc. Les moments sont parfois bref et on a vite une mauvaise impression quand les choses ne vont pas comme on le souhaite (climat, animaux non présents lors du passage...)

Tout n'est pas parfait et franchement, la perfection, c'est un but difficile à atteindre.
J'entends souvent la phrase "le zoo de demain" et je trouve que c'est souvent à tord.

Dans le cas du Burgers Zoo, avec un projet comme le Bush ouvert en 1988, on peut dire que cette expression lui colle bien.
candlemass
 
Messages: 103
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Re: BURGERS ZOO 2018

Messagepar Philippe » Jeudi 10 Mai 2018 10:43

Merci de ce compte-rendu !
Philippe
 
Messages: 9609
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: BURGERS ZOO 2018

Messagepar zoovenirs » Jeudi 10 Mai 2018 13:38

Merci pour le compte-rendu. Je l'ai visité 5 fois, la première en 1972 et la dernière remonte à 2010.
Je complète avec quelques informations.

C'est en 1913 que Jan Burgers ouvre son parc consacré aux faisans au public. Petit à petit d'autres animaux complètent la collection.
Quelques images des débuts avant le déménagement:
https://www.youtube.com/watch?v=aRDE7O1Hkkc

En 1923, il peut acheter un nouveau terrain et mettre en pratique son idée en matière de présentation. Fini les cages, les animaux seront présentés sur des plateaux séparés des visiteurs par de larges douves (même les prédateurs).

La partie "Safari" était bien un safari voiture et sans supplément de prix, on pouvait aussi le traverser avec un train zébré (4 bus accrochés et tirés par un camion).
Il était alors divisé en 4 parcs.
Le plus grand de 15 hectares pour la douzaine de girafes, les rhinocéros, Élands du Cap, Grands koudous, Cobs à croissants, Impalas, Damalisques à front blanc, Gnous, Zèbres de Grant et Chapman, et quelques oiseaux, Autruches, Marabouts, Pintades, Oies d’Égypte, Grues couronnées.
Dix hectares étaient divisés en trois parties à peu prés identiques, deux pour les lions et une pour présenter les guépards.

Il fut rapidement décider de laisser les voitures sur le parking et faire la visite avec le fameux train. La visite en véhicules à moteur serra finalement abandonné.
Avatar de l’utilisateur
zoovenirs
 
Messages: 1010
Enregistré le: Dimanche 04 Septembre 2011 13:54

Re: BURGERS ZOO 2018

Messagepar guirosama » Samedi 12 Mai 2018 23:18

Merci pour ce compte rendu formidable, avec toutes les indications d'introduction pour y aller. J'ai adoré et cela m'a vraiment envie d'y aller. Bravo !
Avatar de l’utilisateur
guirosama
 
Messages: 812
Enregistré le: Mardi 10 Mars 2015 9:22

Re: BURGERS ZOO 2018

Messagepar Therabu » Mercredi 16 Mai 2018 13:29

Un grand merci Candlemass pour ce compte-rendu détaillé et de qualité et avec un regard différent. Je pense qu'une large partie de tes reproches sont dus à une durée de visite trop courte. Evidemment, tu as pu parcourir l'ensemble du parc qui n'est pas si grand mais les espaces où vivent les espèces en liberté nécessitent un temps de visite considérable.
De mémoire, je trouvais toujours au moins un endroit avec une liste des espèces en liberté. Alors évidemment, on a pas toujours le panneau devant soi quand on voit l'oiseau mais c'est un peu comme ça dans la nature...

J'avais personnellement prévu une journée entière de l'ouverture à la fermeture pour profiter du parc et en ressortant j'ai décidé d'y retourner le lendemain pour une seconde journée :mrgreen:
Ce qui paraît alors comme une frustration face à la multiplicité des sentiers et l'absence de chemin de visite indiqué devient un plaisir de découvrir le long des sentiers secondaires des espèces rares et timides. Surtout, c'est une volonté de rapprocher la visite du parc de l'expérience que l'on a dans la nature. Tous les animaux ne sont pas visibles au premier passage, il faut chercher dans le feuillage, il faut explorer divers sentiers...

Un autre point qui m'a interpellé concerne la manière dont tu juges les enclos. Un exemple en particulier illustre la situation. Le gros tas de branches inesthétique au milieu de l'enclos des bongos et l'apparente absence d'entretien de la première zone du parc me paraissent plutôt comme des mesures en faveur des animaux qui visent à compenser cette partie du parc en effet vieillissante. Toutefois, elle ne m'avait pas laissé la même impression que toi car j'avais trouvé certains enclos comme ceux des bongos ou des rennes voire même les petites fosses des céphalophes pas si mal que ça et bien plus adaptés que de grandes pelouses herbeuses et enrochées mais soumises toute la journée à une forte exposition du public et du soleil. Dans la même veine, je ne connais pas de parcs proposant de plus grands enclos intérieurs aux grands singes que ceux du Burgers même si tout le monde s'accordera sur leur coté inesthétique. Tout cela pour dire que ce qui est agréable à l’œil n'est pas forcément adapté et qu'au contraire, certains éléments à priori perturbateurs sont mis en place pour améliorer le quotidien des pensionnaires (mais je ne pense pas te l'apprendre).

Je te trouve dur sur la conclusion. Hormis la première partie du parc vieillissante et quelques enclos dans les serres (pécaris, mouflons, oryctéropes), la quasi totalité des animaux vivent dans des conditions de vie exemplaires. Même parmi les vieilleries, les enclos des bongos, rennes voire même celui des vieilles éléphantes n'ont clairement pas à rougir par rapport à la moyenne européenne. Et je trouve que le parc est toujours innovant : effectivement il est dur de présenter les grands mammifères autrement que dans des enclos mais je ne vois aucun autre zoo européen n'ayant encore proposé une cohabitation aussi complète que le grand enclos de Rimba ni de parc ayant reconstitué un écosystème de mangrove qui évolue dans le temps.

Merci en tout cas d'avoir pris le temps de décrire tes sentiments au cour de la visite, c'est fort intéressant.
Therabu
 
Messages: 2792
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Re: BURGERS ZOO 2018

Messagepar zoobeauval25 » Mercredi 16 Mai 2018 13:41

Entièrement d'accord avec Therabu.
zoobeauval25
 
Messages: 1508
Enregistré le: Samedi 12 Mars 2016 22:36

Re: BURGERS ZOO 2018

Messagepar candlemass » Lundi 28 Mai 2018 11:34

En effet, la durée de ma visite a certainement joué sur le confort de la visite. Quand on ne connais pas le parc et que l'on n'a aucun point de repère, on passe souvent à côté de beaucoup de choses. Je suis d'accord que dans le Bush ton point de vue découverte est hyper chouette et amusant. Et l'ambiance du site peut presque nous mettre dans la peau d'un biologiste. Mais quand on y reste une journée et que l'on sait que l'on ne pourra certainement pas y revenir, un plan du bush ça peu aider. Maintenant, la question que je me pose avec du recul est : N'est ce pas volontaire de manière à éviter un trop gros passage dans ces zones? On peut tous facilement imaginer les ravages que pourraient causer des groupes scolaires dans des petits sentiers ...

Pour le panneau qui indique les animaux présents, je pense avoir dit qu'il était possible que je ne sois pas tombé dessus. Je me doute qu'il est impossible d'avoir un panneau sous l'oiseau, mais ça permet de savoir quoi chercher ou par après d'identifier nos observations. J'ai fait plusieurs entrées dans le Bush et je n'en ai vu aucun.

Chez les bongos, je me doute que le tas de branches a une fonction, mais complètement affaissé et dans l'esprit général de la zone, ça donne une ambiance un peu triste.

Ce ne sont évidement que des avis personnels que je ne considère pas du tout comme juste et non négociable. Nous avons chacun nos impressions, ressentis, et nos attentes face aux jardins zoologiques.

Je n'ai peu être pas été très clair dans mon compte rendu. Et peu être ma volonté d'être objectif l'a masqué et qui donne l'impression d'une conclusion dure, mais pour ce qui est du bien être animal et des soins, je n'ai absolument rien à dire de négatif.
candlemass
 
Messages: 103
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Suivante

Retourner vers Comptes-rendus de visites

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

Tigre en mouvement