VIANDE DE BROUSSE

VIANDE DE BROUSSE

Messagepar candlemass » Lundi 06 Septembre 2021 23:08

Afin de ne pas être hors sujet dansle topic sur la fin des leptocères en Europe et vu que le problème de la viande de brousse ne semble pas être toujours connu, je me suis dit que créé un topic sur le sujet n'était pas une mauvaise idée.
Je commence par un article du musée des sciences naturelles de Bruxelles qui date de 2018.
Source : https://www.naturalsciences.be/fr/news/item/17066

De la viande de brousse à Bruxelles : ce que l'ADN révèle
Des biologistes ont fait des analyses génétiques sur de la viande de brousse vendue clandestinement à Bruxelles. La moitié des échantillons correspondait à un autre animal que celui annoncé par le vendeur. Trois échantillons contenaient des traces ADN de la variole du singe. « Si nous voulons éviter toute contamination et lutter contre une nouvelle détérioration de la biodiversité dans le pays d’origine, les contrôles à l’importation doivent être plus précis », explique le biologiste Erik Verheyen (IRSNB, UA).

La viande de brousse provient de la chasse d’animaux sauvages – primates, buffles, antilopes, rats des roseaux – dans les forêts tropicales. Sur place, elle est consommée par les populations pauvres, car il y a peu d’alternatives. Mais en Occident, c’est une délicatesse coûteuse, passée en contrebande. Selon différentes études, des dizaines de tonnes de viande de brousse, généralement en provenance d’Afrique, seraient importées chaque année en Europe. Il n’y a pas encore de chiffres pour la Belgique. Des biologistes de l’Institut ont donc lancé un projet pilote.

Des espèces protégées ?
Fin 2017, ils ont demandé à des scientifiques congolais en visite à l’Institut de vérifier si de la viande de brousse était vendue en Belgique. En un mois et demi, ceux-ci ont acheté 12 morceaux, dans trois magasins. Le prix moyen était de 40 € le morceau, indépendamment de son poids.

Nos collègues voulaient aussi savoir s’il s’agissait d’espèces protégées. La viande est généralement coupée en petits morceaux et fumée, ce qui rend difficile une identification classique. Grâce à des analyses génétiques, la biologiste Sophie Gombeer, du BopCo (Barcoding Facility for Organisms and Tissues of Policy Concern, un projet conjoint de l’IRSNB et du MRAC) a déterminé que les échantillons comprenaient un singe de Brazza (un cercopithèque), une antilope des marais, un athérure africain (un porc-épic), des potamochères roux (des porcs), des grands aulacodes (rats des roseaux) et des céphalophes (petits bovidés). « Six des douze échantillons ne correspondaient pas à ce que le vendeur avait annoncé. Les deux morceaux soi-disant de buffle d’Afrique provenaient en fait d’une vache. On ne sait donc pas ce qu’on achète. »

Tous les morceaux achetés en Belgique correspondent à des espèces reprises sur la liste rouge de l’IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature) sous le label ‘Least Concern’ (préoccupation mineure) mais quelques-uns proviennent d’espèces présentes dans l’Appendice II de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction) et dont le commerce est extrêmement limité afin de les protéger. Dans le cadre d’un reportage pour l’émission PANO, des journalistes de la VRT ont rapporté illégalement du Congo de la viande de brousse qui, après analyse (DNA-barcoding), s’est révélé être du chimpanzé, une espèce protégée.

Des agents pathogènes
L’équipe du biologiste Herwig Leirs (Université d’Anvers) a analysé l’ADN viral contenu dans les échantillons de viande de brousse. L’antilope des marais, le porc-épic et l’un des porcs étaient positifs pour la variole du singe (monkeypox virus), un virus qui se peut se transmettre à l’homme. Les symptômes incluent des cloques sur la peau. Leirs explique : « Le fait que l'ADN du virus est présent dans la viande ne signifie pas que le virus vivant le soit dans l'échantillon. Il n'y a donc aucune raison de paniquer pour le moment. Nous ne pensons pas que l’infection puisse se transmettre en mangeant ou en touchant cette viande, mais nous ne pouvons pas l'exclure non plus. La viande de brousse pouvant contenir d'autres virus, les importations non contrôlées constituent donc un risque pour la santé mais également pour le bétail ici. »

Pour notre collègue Erik Verheyen (IRSNB, Université d’Anvers), « la viande de brousse dans notre pays est un fait. À Paris et Genève, ce sont des tonnes qui sont vendues chaque année. Pourquoi serait-ce différent ici à Bruxelles ? Si nous voulons lutter contre la perte de biodiversité dans les pays africains par le biais du commerce international de viande de brousse et que nous ne voulons pas risquer de nuire à la santé publique, les importations doivent faire l'objet d'un contrôle plus strict. »



Le 3 octobre, les émissions PANO de la VRT et On n’est pas des pigeons de la RTBF ont diffusé un reportage sur la viande de brousse à Bruxelles, en collaboration avec des chercheurs de notre Institut et de l’Université d’Anvers.
candlemass
 
Messages: 1083
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Re: VIANDE DE BROUSSE

Messagepar candlemass » Lundi 06 Septembre 2021 23:15

Un article rtbf de 2019 où on parle de 40 tonnes chaque année...

Brussels Airport: de la viande de brousse dans les bagages.
Des passagers issus d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale importent régulièrement de la viande de brousse au sein de l’Union Européenne. Une étude récente du SPF Santé Publique indique que ces entrées de viandes interdites sur le sol européen présentent des dangers pour la santé humaine.

Au total, selon les chiffres communiqués par la Santé Publique, plus de 40 tonnes de ces viandes arrivent ou transitent chaque année à Brussels Airport.

Quatre animaux sur dix sont des espèces protégées
Les tests génétiques réalisés lors des saisies à l’aéroport montrent que 55% de la viande de brousse proviennent d’animaux domestiques (bovins, chèvres ou porc), 38% sont issus d’espèces protégées (pangolin, babouin, antilope, python, crocodile ou varan), 6% des tests n’ont pas montré de résultats.

Selon le dernier Rapport Planète Vivante du WWF, la chasse non durable et la consommation de viande de brousse conduisent potentiellement à l’extinction locale des animaux sauvages.

Depuis 1970, un peu plus de 60% des vertébrés ont disparu. En vidant les forêts et les savanes africaines de ces animaux, c’est tout l’écosystème qui s’en trouve fragilisé.

Le secteur aérien doit mieux collaborer
Le commerce illégal des espèces animales et végétales sauvages fait partie des dix secteurs criminels transfrontaliers les plus rentables au monde, au même titre que la drogue, les armes, la contrefaçon et le trafic d’êtres humains.

Pour préserver la sécurité sanitaire et la biodiversité, il est vital estime le WWF d’impliquer le secteur aérien contre l’importation illégale de viande de brousse et plus généralement, contre le trafic d’espèces sauvages.

L’ONG demande également au gouvernement belge et aux compagnies aériennes de renforcer à la fois les contrôles douaniers et les opérations destinées à sensibiliser les voyageurs.

L’endroit idéal pour arrêter ce trafic, c’est évidemment à l’arrivée à l’aéroport de Bruxelles. Mais les contrôles sont loin d’être systématiques. Pour un passager contrôlé, 200 passent sans être inquiétés.

Les risques sanitaires liés au transport
Si la viande de brousse est considérée comme une "délicatesse" en Europe pour les ressortissants des pays d’origine de ces produits, c’est par contre, un élément de survie essentielle en brousse et dans des régions d’Afrique comme Kisangani au Congo. Le problème est moins sa consommation locale que son exportation de plus en plus massive.

La viande est acheminée dans des frigobox et elle a largement le temps de dégeler pendant le très long voyage en avion entre l’Afrique et l’Europe.

Sur le plan de la santé humaine, la viande de brousse est un vecteur de maladie grave comme Ebola ou encore la variole du singe, une variole mortelle pour l’homme dans 10% des cas.

Source : https://www.rtbf.be/info/societe/detail ... d=10379857
candlemass
 
Messages: 1083
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Re: VIANDE DE BROUSSE

Messagepar Therabu » Mardi 07 Septembre 2021 15:23

"Si la viande de brousse est considérée comme une "délicatesse" en Europe pour les ressortissants des pays d’origine de ces produits, c’est par contre, un élément de survie essentielle en brousse et dans des régions d’Afrique comme Kisangani au Congo. Le problème est moins sa consommation locale que son exportation de plus en plus massive."

De ce que j'ai lu, et la situation est peut être différent en Afrique de l'Ouest qu'au Congo, le problème de la viande de brousse exportée vers l'Europe est minoritaire. Au vu de son prix, ce n'est pas du tout une chasse de subsistance mais bien un trafic organisé à destination majoritairement d'une population africaine urbaine de plus en plus riche et désirant marquer sa réussite par la consommation de ces mets (comme la consommation d'autres produits d'origine animale dans les pays d'Asie ou bien l'ortolan en France).
Un paysan pauvre pratiquant le braconnage aura plus intérêt à vendre ses prises pour racheter quatre fois plus de viande de poulet pour nourrir sa famille.
Therabu
 
Messages: 3685
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Re: VIANDE DE BROUSSE

Messagepar candlemass » Mercredi 08 Septembre 2021 9:03

C'est un problème qui peut se régler par des mesures simples mais pas toujours évidentes à mettre en place pour des raisons de budgets. Imposer un control systématique des bagages en provenance d'Afrique a un coût que les compagnies aériennes et aéroports ne veulent pas supporter. De plus, je pense que ces derniers ferment les yeux sur le problème, préférant transporter un maximum de voyageurs, qu'importe ce qu'ils ont comme traffic dans leurs valises.
La sensibilasion des "consommateurs" peut avoir un impacte mais elle se butera toujours à ceux qui défendent tradition et culture. Même si j'ai la conviction que ces traditions résultent plutôt du "luxe" et des traficants. Les acheteurs pensent certainement aider des gens à vivre mieux en achetant ces produits.
S'il est vrai que pour certaines espèces, le prélèvement dans le but d'une chasse de subsistance est anecdotique, il faut aussi comprendre la situation sur place. Quels sont les moyens des gens pour avoir accès à de la viande issue d'élevage. Il y a quelques années, je suis tombé sur un reportage tv de quelques minutes. On suivait une africaine qui possédait un élevage de poulet. Je ne le souviens plus du pays et les sommes en € sont à titre d'exemple car je ne me souviens pas des montants. Pour être en conformité avec les nouvelles lois de son pays, elle a investi dans des infrastructures pour son élevage. Résultat elle doit vendre maintenant ses poulet à 1€50. Mais, l'Europe exporte des poulets congelés vebdu 50 cents. Je me pose la question de savoir si les élevages ne pourraient pas être une solution au problème mais aussi fans certains pays, entreprendre est fortement compliqué.
candlemass
 
Messages: 1083
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Re: VIANDE DE BROUSSE

Messagepar Antoine6259 » Mercredi 08 Septembre 2021 12:37

En même temps j'ai toujours eu l'impression que l'on mélangeait un peu tous les sujets en parlant de la viande de brousse. Sur le fond, quel est le problème ?
Que des personnes mangent une viande potentiellement contaminée ? Pour ça, c'est une question de sensibilisation, mais après les consommateurs sont responsables d'eux-mêmes (sous couvert bien entendu que cela n'entraine pas une pandémie ensuite...)
Que l'on tue pour les manger des espèces menacées ? Là c'est davantage une question d'éducation et de contrôle sur place. Car quand bien même on intercepterait les colis, le mal aura été fait (et je ne pense pas que cela dissuadera les trafiquants car ils pourraient toujours revendre la viande de ces espèces sur place.)
Antoine6259
 
Messages: 5728
Enregistré le: Dimanche 16 Décembre 2007 13:53

Re: VIANDE DE BROUSSE

Messagepar Therabu » Mercredi 08 Septembre 2021 13:19

Le problème de la viande de brousse, c'est qu'en plus de diminuer les effectifs d'espèces communes, les méthodes de chasse sont souvent peu discriminantes (les collets notamment) et touchent aussi des espèces plus menacées et se reproduisant plus lentement (grands singes, carnivores...).
Si l'on considère la situation financière rarement enviable des personnes qui perpétuent cette chasse, les méthodes utilisées qui sont très difficiles à contrôler (l'effort de patrouille pour enlever des pièges est gigantesque comme le montre les actions d'ONG en Asie du Sud-Est), et le fait que traditionnellement, une chasse de subsistance a toujours eu lieu sans réellement menacer les populations, il est difficile d'agir sur "l'offre" de viande de brousse.

Lorsque l'on parle de viande de brousse, on parle évidemment d'un "produit" mais aussi d'un mode de consommation, à savoir un met apprécié, consommé avant tout dans les centres urbains par des populations plus aisées. L'essor économique de l'Afrique de l'Ouest et son urbanisation à grande vitesse (32 millions d'habitants à Lagos en 2050!) sont les facteurs à l'origine de l'intensification de la chasse et de l'augmentation des prix, incitant les braconniers à se professionnaliser. Agir sur la "demande", en soulevant non seulement les problématiques d'hygiène, mais aussi en sensibilisant sur les conséquences écologiques, et si cela est pertinent, en contestant les propriétés présumées de cette viande paraissent donc essentiel. Les fonds à destination de la conservation ne permettront pas de mettre des patrouilles partout.

@candlemass, je pense, même si je n'ai aucun chiffre à ma disposition pour l'avancer, que au moins 90% de la viande de brousse ne voit jamais un avion avant d'être consommé.
Therabu
 
Messages: 3685
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10


Retourner vers Discussions générales

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Tigre en mouvement